Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Syndrome de l’accent étranger après un choc : enfin l’explication ?

Parler avec un autre accent après un accident. Affectation médicale encore méconnue, le syndrome de l'accent étranger se manifeste, après un choc, par le fait d'adopter un accent différent de celui de naissance. Un changement qui rime souvent avec perte d'identité, et qu'on commence seulement à mieux comprendre.

Atlantico : Un cas récent relayé par la BBC raconte l’histoire d’une britannique, Julie Matthias, qui, quelques mois après un accident de voiture, s’est mis à parler sa langue, l’anglais, avec un mélange d’accent français et chinois. Qu’est-ce que le syndrome de l’accent étranger ?

Michel Dib : Le cas de cette britannique qui s'est mise à parler est étonnant. Il est probable qu’elle ait activé les souvenirs liés au français, peut être lors d’un voyage de jeunesse, ou en l’ayant entendu quelque part auparavant, mais le plus probable est que le choc est changé son débit verbal et sa manière d’accentuer les mots, ce qui peut faire ressembler son nouvel accent au français, sans être du français, idem pour le chinois.

Ce phénomène survient souvent après un choc, comme un accident créant des lésions au cerveau. Comment l’expliquer d’un point de vue neurologique ?

C’est le lobe fronto-pariétal qui gère les zones liées au langage dans le cerveau. Quand il est lésé, on assiste à ce genre de phénomène. On peut expliquer sur le plan neurologique que les faits anciens et les langues anciennes sont mieux mémorisés dans la mémoire, et le fait d’avoir un accident vasculaire par exemple active des souvenirs plus anciens. Après un accident ou un choc au cerveau, certaines personnes se mettent à parler dans une langue qu’ils ont appris plus jeune, ou avec un accent qu’ils ont déjà entendu au cours de leur vie, par exemple à la télévision. C'est en fait la mémoire ancienne qui revient : le fait d’avoir un choc efface la mémoire récente au profit de l’ancienne, un peu comme la maladie d’Azheimer.

Le chercheur belge Peter Mariën a découvert deux cas de syndrome d’accent étranger “développementaux” : des patients semblent présenter cette pathologie depuis leur petite enfance, sans avoir jamais eu de traumatisme crânien, de séquelles postopératoires, ni de maladie psychiatrique qui pourraient expliquer la maladie. Ce syndrome peut-il être de l’ordre de l’inné ?

Sans choc c’est étonnant, je n’y vois pas d’explications. Pour moi, ça ne peut pas être de l’ordre de l’inné. Je ne crois pas aux choses extra-naturelles : si ce n’est pas le souvenir de connaissances linguistiques emmagasinées plus tôt, alors c’est un problème d’élocution.

Le syndrome de l’accent étranger pourrait donc être un trouble du langage, et ce serait la personne qui écoute qui projette sur ce changement de locution un accent étranger ?

Oui, puisque le choc perturbe les fonctions du langage, il peut y avoir un trouble du centre fronto-pariétal. Ainsi l’interlocuteur peut croire reconnaître un accent connu.

Il faut garder à l’esprit que ce syndrome existe vraiment, mais pas dans la dimension que l’on pense. Il s’agit simplement d’annuler les accents récents pour reprendre des connaissances linguistiques emmagasinées auparavant.

Les personnes concernées évoquent la sensation d’être un étranger chez soi. Perd-t-on une part de son identité en adoptant un nouvel accent ?

C’est un changement important pour la personne atteinte de ce syndrome car il modifie ses relations avec l'environnement. Le langage faisant partie de l’identité culturelle, on perd en effet une partie de son identité. Ces personnes ont l’impression d’avoir presque une autre nationalité. Les proches des personnes atteintes, quant à eux, peuvent avoir l’impression parfois de vivre avec une autre personne, et même une personne malade. Or le syndrome de l’accent étranger n’est pas une maladie, c’est une réaction à un choc.

Il y aurait-il des traitements ou une opération possible pour retrouver son accent d’origine ?

Pour l’instant ça reste du domaine expérimental, rien n’est validé. En revanche, une rééducation orthophonique peut être efficace pour retrouver son accent d’origine

Commenter cet article