Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

VIDEO : Quand les ours polaires se mettent à manger du dauphin

Une nouvelle étude appuyée de photographies décrit le comportement inhabituel d'un ours polaire dévorant un dauphin. Selon l'auteur, il pourrait s'agir d'une conséquence du réchauffement climatique amenant ces prédateurs à côtoyer de nouvelles espèces.

Les ours polaires se nourrissent principalement de phoques, plus rarement de petites baleines ou de narvals. Cependant, personne n'avait vu jusqu'à présent ces grands carnivores s'attaquer à des dauphins. Ce comportement inhabituel a été documenté pour la première fois par Jon Aars, chercheur à l'Institut polaire norvégien.

Selon l'expert, il pourrait être la conséquence du réchauffement climatique. En avril 2014, le scientifique s'est rendu dans l'archipel norvégien du Svalbard pour y étudier les populations d'ours polaires. C'est là qu'il a aperçu un mâle dévorant un dauphin à nez blanc (Lagenorhynchus albirostris). Les photographies reprises par ses soins témoignent de cette scène singulière.

Une proie dévorée et l'autre recouverte de neige

Selon les estimations, la proie pesait entre 50 et 300 kilogrammes et mesurait entre 1,5 et 2,7 mètres. L'ours, visiblement affamé a également chassé un autre dauphin qu'il a ensuite enseveli sous la neige.

"Nous pensons qu'il a essayé de recouvrir le dauphin de neige dans l'espoir qu'il y ait moins de chances que d'autres ours, renards ou oiseaux le trouvent, pour peut-être pouvoir le manger un ou deux jours plus tard, une fois le premier digéré", a expliqué le spécialiste à l'EFP. Pour le chercheur, ce comportement pourrait être révélateur d'un changement de régime alimentaire.

"Il est probable que de nouvelles espèces apparaissent dans l'alimentation de l'ours polaire à cause des changements climatiques, parce que de nouvelles espèces poussent vers le nord", a-t-il poursuivi pour l'AFP.

Une nouvelle apparition des dauphins dans la région

Il est en (...)


Lire la suite sur maxisciences.com

Commenter cet article