Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Une équipe de recherche vient de dévoiler une vidéo montrant pour la toute première fois que les organismes composant le plancton ingurgitent des bouts microscopiques de matière plastique.

On ne le dira jamais assez : les déchets plastiques représentent une véritable menace pour nos écosystèmes marins et pour la planète en générale. Une nouvelle vidéo apporte encore une fois la preuve de leur nocivité. La séquence dévoile pour la toute première fois les images de plancton avalant des bouts microscopiques de matière plastique. 

La vidéo a été réalisée par une équipe de scientifiques du laboratoire marin de Plymouth au Royaume-Uni. L'idée leur est venue après avoir pris connaissance d'une ancienne étude menée par Matthew Cole. Celle-ci présentait alors les risques d'impact des fragments de matière plastique sur le zooplancton marin.

Des crustacés filmés en train de manger du polystyrène

Pour mettre en évidence visuellement la nature de cet impact, les chercheurs ont étudié sous la lentille d'un microscope des copépodes, un groupe de petits crustacés que l'on retrouve dans le plancton. Les organismes ont été observés dans une goutte d'eau contenant de petites billes de polystyrène fluorescentes mesurant entre 7 et 30 micromètres de diamètre.

Au total, trois heures d'observation ont été filmées. Les résultats montrent clairement les fragments de polystyrènes être absorbés par l'organisme des copépodes. Ces minuscules crustacés se nourrissent généralement des algues en suspension dans l'eau. Pour ce faire, ils créent des courants avec leurs pattes pour amener les aliments jusqu'à eux.

D'ordinaire, les spécimens sont capables de sélectionner les algues grâce à leurs récepteurs chimiques et tactiles. Toutefois, ce système n'est pas infaillible. Et la vidéo des chercheurs démontre que ces derniers peuvent consommer également des fragments de matière plastique.

Un impact préoccupant

Dans certains cas, les créatures (...)


Lire la suite sur maxisciences.com

Commenter cet article