Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Lors d'une expédition du National Geographic sur les Îles Galapagos, les visiteurs ont pu assister à un événement incroyable : la naissance en direct d'une petite otarie des Galapagos.

Mettre au monde son enfant sur une plage devant des dizaines d'étrangers ? Pas de problème pour cette femelle lion de mer. Imperturbable, elle a donné naissance en direct à son petit en quelques grognements.

C'est le journaliste brésilien, Rodrigo Moterani, embarqué avec une équipe de naturalistes et d'autres amateurs des Îles Galapagos sur l'un des deux bateaux du National Geographic, qui a filmé cette vidéo incroyable. Et c'est le naturaliste Jan Tiddo Post qui s'est chargé d'expliquer l'événement.

Espèce endémique

L'otarie des Galapagos (Zalophus wollebaeki) est le plus petit lion de mer de la planète et ne vit que sur les îles des Galapagos. Elle est reconnaissable à sa fourrure entièrement brune, sauf sur son front et les côtés de son museau. Cette espèce plutôt nocturne vit en colonies, près des coulées de lave solidifiées.

Prenant régulièrement le soleil sur les rochers ou les plages de sables, les otaries forment ainsi le comité d'accueil des îles grâce à leurs grognements, leur caractère joueur ou encore leur grâce lorsqu'elles se glissent à l'eau. Bien qu'un peu maladroites sur terre, les otaries sont incroyablement agiles dès qu'elles sont dans l'eau.

Avec leurs nageoires, qu'elles peuvent contrôler indépendamment, elles changent facilement de direction et se faufilent à travers les dangereux récifs, surfant sur les plus grosses vagues.

Petits dépendants

Avec une durée de vie estimée entre 15 et 24 ans, les otaries des Galapagos sont matures dès l'âge de quatre ans. La saison de reproduction s'étale de mai à janvier, ce qui explique la présence de petits tout au long de l'année. Chaque femelle de la colonie donne naissance à son petit, douze mois après sa conception.

Pendant environ une (...)
Lire la suite sur maxisciences.com

Commenter cet article