Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Minceur : on brûle les graisses avec la marche nordique

Idéale pour perdre du poids en libérant les tensions, la marche nordique connaît un succès fou en Europe et se développe en France. Qu’a-t-elle de si spécial ? Balade initiatique avec Jean-Pierre Guilloteau, moniteur passionné.*

Marche nordique : comment ça marche ?

"Marcher avec des bâtons, pff simple comme bonjour", pensez-vous. Deux hypothèses : soit vous n’avez jamais testé la marche nordique soit vous avez un don inné (alors cet article n’est pas pour vous).

D’apparence facile, le nordic walking demande d’acquérir un minimum de technique (même quand on est sportif) si on veut obtenir 100 % d’efficacité. A mi-chemin de la randonnée et du ski de fond, la marche nordique s’apparente à une marche dynamique sur quatre appuis : les bras appuyés sur les bâtons servent tout autant que les jambes. C’est là toute la subtilité de la posture de base : on part d’un mouvement de marche naturel en poussant ferme sur les bâtons. Sauf qu’on doit veiller à garder les bras tendus en mouvement tout en opposant la jambe d’appui et le bras d’appui. Cet effort de coordination n’est pas évident quand on a les bâtons à la main. Au départ, on a souvent tendance à avancer la jambe et le bras du même côté. Heureusement, peu à peu le corps s’approprie le geste et la mécanique devient plus fluide. Bien droit, le regard fier, on prend confiance rapidement et la foulée se fait plus rapide.

Marche nordique : un sport qui rend léger

"Il n’y a pas de sport aussi complet en dehors de la natation", assure Jean-Pierre Guilloteau, professionnel de la marche nordique qui organise des stages et tente de la populariser dans l’Hexagone. La marche nordique fait travailler 90 % des muscles du corps de façon douce et contrôlée. Résultat, pas de courbatures mais un esprit léger bien dans ses baskets. Tout le monde peut la pratiquer et presque n’importe où : chemins, parcs, stades, trottoirs… Dans les pays nordiques, se rendre au travail en "marche nordique" est une habitude!

Concrètement, qu’est-ce qu’elle apporte ? La sollicitation des chaînes musculaires tonifie le corps et amincit la silhouette. En effet, à rythme normal (de faible à moyenne intensité) la marche nordique nous fait dépenser 400 à 600 calories par heure, quasiment autant qu’en natation. Pour répondre à cette dépense énergétique intense, le corps puise d’abord dans les réserves lipidiques puis les sucres si l’intensité augmente. Autrement dit, pas besoin de forcer pour s’affiner.

Outre le côté minceur, la rythme cardio de la marche nordique améliore la respiration en renforçant le diaphragme et les abdominaux. Excellent contre les maux de dos. Enfin celui qui débute sera surpris par l’incroyable sensation de bien-être qui traverse tout le corps à la fin d’une séance.

Marche nordique : conseils pour débuter

Jean-Pierre Guilloteau explique dans son livre comment "partir du bon pied" en marche nordique : "On commence d’abord par un échauffement complet.On attache ses mains aux bâtons avec les gantelets.
On commence à marcher normalement sur un terrain plat et dégagé. On ne s’occupe pour l’instant pas des bâtons. On laisse les bras faire leur balancier naturel en opposition avec les jambes. On garde les bras tendus. On peut accentuer le balancier.
Peu à peu on prend conscience de l’accroche des bâtons sur le sol. A chaque fois qu’un bras revient vers l’avant, il ramène un bâton qui traîne. Quand le bras repart vers l’arrière, le bâtons e plante et retient le bras.
On appuie maintenant sur les gantelets à chaque fois qu’un bâton se plante. On continue à marcher en prenant cette fois les bâtons dans les mains (ils ne traînent plus par terre). On les plante à chaque fois et on pousse dessus. Progressivement on marche les bras et les jambes en opposition et en rythme. Les bras sont bien tendus, le coude ne se plie pas.
Maintenant on effectue des poussées plus amples : le bras pousse plus longtemps sur le bâton et remonte derrière le dos. Le pas s’allonge. Les mains doivent se fermer au moment du planté de bâton et s’ouvrir lors de la poussée. On se redresse et on regarde loin devant." On est parti pour deux heures de marche !

*Merci à Jean-Pierre Guilloteau, accompagnateur en montagne et moniteur de marche nordique, auteur de "La marche nordique, techniques et bienfaits", ed. Glénat.

Pratique. Jean-Pierre Guilloteau organise un stage de marche nordique et de Qi Gong le 1er juillet au parc du château de Sceaux. Plus d’infos : contact@jpgmontagnes.com.

Commenter cet article