Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Les sportifs devraient se supplémenter en vitamine D

Les personnes qui pratiquent régulièrement un sport à fort impact devraient surveiller leur taux de vitamine D pour éviter les fractures de stress.

Lorsqu’un os est régulièrement exposé à la même pression de manière excessive (un os de la cheville chez un marathonien par exemple), il arrive qu’il se fissure. C’est ce qu’on appelle une fracture de stress. Ce n'est pas une fracture classique comme celle qui peut survenir à la suite d'un choc violent, mais plutôt une petite fissure de l'os provoquée par des contraintes importantes et répétées.

Pour éviter ce type de fracture chez les sportifs qui pratiquent régulièrement un sport à fort impact (comme le running ou le tennis), il faudrait, selon une nouvelle étude, surveiller le taux de vitamine D et mettre en place une supplémentation.

Sur une période de 3 ans, entre juillet 2011 et août 2014, les médecins du centre de médecine sportive de Malvern, en Pennsylvanie (Etats-Unis) ont relevé le taux de vitamine D de patients qui ressentaient des douleurs aux pieds et aux chevilles et pour lesquels on suspectait des fractures de stress. Et quatre sur cinq avaient un niveau de vitamine D loin d’être optimal. Deux tiers d’entre eux étaient des femmes et l’âge moyen de ces sportifs était de 43 ans.

La carence en vitamine D n'est pas le seul facteur de risque de fracture

Selon les médecins dont l’étude vient d’être publiée dans la revue médicale Foot and ankle surgery, la vitamine D n’est pas le seul facteur de risque de fracture chez les sportifs.

"D'autres facteurs, notamment la race blanche, le sexe féminin, le tabac et l'abus d'alcool, l'utilisation de stéroïdes, une faible densité osseuse, un faible indice de masse corporelle et un traitement par bisphosphonates ont toutes un lien avec le développement de fractures de stress," explique Jason Miller, auteur principal de l'étude.

Mais une supplémentation en vitamine D permettant de maintenir un taux d'au moins 40 ng / mL pourrait aider les sportifs à réduire le risque.

Peu présente dans l'alimentation, la vitamine D est surtout fabriquée par la peau, sous l'effet du soleil. Sa synthèse cutanée diminuant avec l'âge, les médecins s'accordent sur la nécessité d'en donner en supplément l'hiver pour éviter les carences, notamment à l'approche de la ménopause. Mais attention, une supplémentation en vitamine D doit être prescrite par le médecin car elle peut-être contre-indiquée dans certains cas (notamment si vous souffrez de calculs rénaux ou d'hyperparathyroidie).

Commenter cet article