Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

La perte de poids serait génétique

L'alimentation aurait un impact différent sur notre santé en fonction de notre profil génétique. En conséquence, un régime alimentaire doit être personnalisé, car il n'aura pas les mêmes effets sur la perte de poids en fonction des personnes.

Perdre du poids ne serait pas qu'une question de volonté et de règles alimentaires strictes, selon les résultats d'une étude présentée à la conférence de l'Allied Genetics et publiée sur le site d'Eurekalert . Réussir un régime pourrait être inscrit dans nos gènes. Certaines personnes pourraient perdre du poids plus facilement que d'autres. La réponse à l'alimentation serait très individualisée. Les conclusions ont été obtenues sur des souris.

L'alimentation a un impact différent sur la santé en fonction des gènes

Les chercheurs de l'Université d'État de Caroline du Nord aux Etats-Unis ont réalisé une étude avec 4 souches génétiques de rongeurs qui ont été nourris pendant 6 mois à des régimes alimentaires différents : l'occidental, le japonais , le méditerranéen , le cétogène (très pauvre en glucides) ou le régime standard des rongeurs, afin d'avoir un groupe témoin. Ensuite, les scientifiques ont surveillé les réponses liées à l'alimentation sur la santé et ont constaté que les effets de chaque régime étaient fortement dépendants de la souche génétique des souris.

Par exemple, le régime occidental a chez un groupe de souris favorisé l'obésité accrue, un mauvais taux de cholestérol , alors que certains rongeurs n'ont pas subi d'effets négatifs sur leur santé.

Perte de pois : il faudrait personnalisé les régimes

De la même manière, les chercheurs ont constaté que les causes de l' obésité étaient différentes en fonction des gènes des souris. Certaines le devenaient en mangeant beaucoup, d'autres en ayant une alimentation pauvre en calories.

"Notre étude a montré que l'impact de l'alimentation est probablement dépendante de la composition génétique de l'individu, ce qui signifie qu'en fonction des personnes il existe des régimes alimentaires optimaux", explique William Barrington.

Cette nouvelle étude a non seulement des implications pour les personnes qui cherchent des régimes alimentaires plus sains, mais aussi pour les recommandations alimentaires. Étant donné que ces recommandations sont basées sur les réponses moyennes de beaucoup de gens, elles ne sont pas forcément applicables à la majorité des individus.

Commenter cet article