Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

On s'y met ? Rien de plus simple, si on apprend à résister aux glaces, gaufres et petits verres de rosé bien frais. Ce programme alimentaire est à tester idéalement pendant trente jours au moins pour en tirer le meilleur parti.

1 : on fait le ménage dans sa cuisine

Difficile de prendre de nouvelles habitudes alimentaires quand les placards débordent de gâteaux, pâtes, et autre céréales du petit déjeuner... On se débarrasse donc impitoyablement de tout ce qui n'est pas paléo. En éliminant surtout les sucreries, qui trouvent toujours preneur... Après avoir fait place nette, on peut stocker les bons aliments.

2 : on achète des produits locaux

Il est essentiel de choisir des aliments d'excellente qualité afin qu'ils soient aussi nutritifs que possible. Ca ne coûte pas plus cher, puisqu'on élimine les produits superflus ainsi que le « tout-prêt » hors de prix, et qu'on mange en quantité raisonnable... Mais cela implique de changer ses habitudes et de bien choisir ses produits. La solution : fuir les supermarchés et rechercher les filières courtes, les petits producteurs qui travaillent bien (et bio). En pratique, on achète « local », surtout en vacances à la mer ou la campagne. Les produits de qualité sont bien meilleurs pour la santé et les papilles.

3 : on n'abuse pas des fruits

La période estivale nous pousse à avaler trop de pêches, abricots, cerises et autres pastèques, tous juteux et délicieux. Mais si on veut perdre du poids, il faut se modérer : 2 ou 3 portions par jour suffisent amplement. On évite les jus et les fruits séchés (très sucrés), et on privilégie les baies myrtilles, mûres, fraises... peu caloriques mais très riches en fibres et en antioxydants .

4: on varie ses repas

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, le régime paléo pousse à la curiosité alimentaire : on en profite pour découvrir des produits qu'on n'a encore jamais goûtés, comme la banane plantain ou la patate douce , la betterave (crue, et non en sauce dans sa barquette en plastique...) On en profite pour faire le plein d'herbes fraîches qui ouvrent des horizons de saveurs, on teste... On se surprend !

5 : on "boit paléo"

Bien sûr, l'alcool n'est pas le bienvenu, puisqu'il n'est pas franchement « paléocompatible » ! Quant au café, il est toléré, mais sans abus et... sans sucre.

Avant tout, on boit de l'eau, à raison de 2 litres par jour. En effet, les apports en glucides diminuent et le corps aura peut-être du mal à garder son niveau

d'hydratation, surtout les premiers jours. On abuse donc de l'eau, du thé et des infusions, auxquelles on peut ajouter des herbes fraîches, des baies, des

rondelles de citron, de l'eau pétillante. Et on prépare des bouillons reconstituants, à base d'os, de carcasses de volaille ou de légumes, sources de minéraux. À l'apéritif, on peut essayer le jus de légumes, ou le kombucha à faire soi même, naturellement pétillant, original et bon pour la flore intestinale.

6 : on s'autorise des douceurs !

Même si on évite le sucre, on peut tout de même satisfaire ses petites envies de sucreries : le chocolat est autorisé (au-dessus de 70 % de cacao). On prépare des pâtisseries avec de la farine de coco ou de châtaigne, des oléagineux entiers, en poudre, en purée ou en lait, des fruits frais, de la noix de coco et juste un peu de miel ou de sirop d'érable.

7: on écoute son corps

En principe, il faut suivre ce programme pendant 30 jours pour en retirer tous les bénéfices. Et ensuite ? À chacun de se décider. Si on a perdu du poids et

retrouvé une meilleure santé (avec moins de douleurs abdominales et de maux de tête, plus d'énergie...), il est logique de continuer !

Mais rien n'empêche de réintégrer quelques produits laitiers de qualité : yaourts, fromages artisanaux.

L'essentiel étant d'écouter les signes envoyés par l'organisme quand on en mange : ballonnements, digestion difficile... On peut aussi, si on en a vraiment envie, s'accorder de temps en temps des produits céréaliers, par exemple. Mais, là aussi, à condition d'écouter son corps. Si on sait qu'on ne supporte pas d'avaler un quart de baguette au petit déjeuner, on réduit la portion...

Commenter cet article