Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

LA CHRONIQUE DU PR KHAYAT. La consommation quotidienne d’une faible dose d'aspirine diminuerait le risque de cancer du pancréas, montre une étude, qui doit cependant être interprétée avec prudence.

Les dernières actualités de la recherche contre le cancer sont présentées pour Sciences et Avenir et en exclusivité par le Pr David Khayat, chef de service de cancérologie à la Pitié-Salpêtrière.

La consommation quotidienne d’une faible dose d'aspirine diminuerait le risque de cancer du pancréas, selon une étude publiée dans la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention. D’après l'American Cancer Society, environ 53 000 Américains seront diagnostiqués d’un cancer du pancréas cette année, et près de 42 000 en mourront. Les symptômes de la maladie apparaissent le plus souvent tardivement, lorsque la tumeur s'est étendue en dehors de l’organe.

Pour cette nouvelle recherche, 761 patients atteints de la maladie ont été suivis à Shanghai (Chine), entre 2006 et 2011. Leurs données ont été comparées à celles de 794 personnes en bonne santé. 18 % des patients non cancéreux ont déclaré prendre régulièrement de l'aspirine à faible dose contre 11 % des malades. L’auteur principal de l'étude, le Dr Harvey Risch, professeur d'épidémiologie à la Yale School of Public Health et au Yale Cancer Center à New Haven dans le Connecticut estime que l'aspirine peut réduire le risque déjà faible de cancer du pancréas de 46 %. Cependant, son équipe a souligné que l'étude ne prouve pas que l'aspirine engendre directement un risque plus faible.

Les Américains doivent rester prudents dans l'interprétation de ces résultats. Pour le Dr Tony Philip, oncologue au Northwell Health Cancer Institute à Lake Success, à New-York, il s'agit d'une étude intéressante, mais pour les personnes vivant en Chine. Ce dernier rappelle que la génétique des populations est différente d’une partie du monde à une autre. Toutefois, il indique que les conclusions de cette étude peuvent être une base pour de nouveaux travaux de recherche.

 

Rédacteur Sciences et Avenir

Commenter cet article