Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

La pollinose, ou allergie saisonnière aux pollens, encore appelée Rhume des foins est une véritable maladie qui touche, en France, plus de 10 millions de personnes. C'est une pathologie immunologique qui provoque, chez les personnes sensibles, pendant les périodes d'expositions aux pollens, des symptômes aussi gênants que ceux de la conjonctivite (yeux qui pleurent et qui piquent), de la rhinite (nez qui coule, éternuements à répétition, puis nez bouché), que des complications pulmonaires graves pouvant aller de la respiration sifflante, à la gêne respiratoire et même l'asthme. Accompagnant ces symptômes, les allergiques ressentent fréquemment de la fatigue, des diminutions de réflexes, et des somnolences.

 

Si les symptômes ont tendance à naturellement chasser les pollens intrus, grâce aux larmes, aux éternuements et aux écoulements du nez, la gêne provoquée nécessite la prise de médicaments.

 

Les pollinoses peuvent se traiter de deux façons distinctes: d'une part les traitements symptomatiques et d'autre part la désensibilisation spécifique qui est un traitement curatif.

 

Les traitements symptomatiques consistent à la fois en la prise de comprimés de médicaments antihistaminiques généraux dont l'objet est de limiter la production d'histamine, médiateur des réactions inflammatoires caractéristiques de l'allergie, et en l'utilisation de corticoïdes locaux au niveau des yeux, du nez, ou même des voies respiratoires hautes. Si ces traitements n'ont pas de vocation curative, ils sont indispensables pour éviter aussi une aggravation des symptômes pouvant aboutir à des complications bronchiques.

 

La désensibilisation spécifique consiste en une sorte d'accoutumance du patient en lui administrant des doses croissantes d'allergènes (source de sa pollinose), soit par voie orale, soit par voie injectable (en évitant les adsorptions sur hydroxyde d'aluminium), sur des longues périodes devant être renouvelé plusieurs années de suite (de 3 à 5 années par exemple). Cette désensibilisation ne peut être mise en place que par un allergologue après un diagnostic précis et complet. D'autres traitements, comme certains traitements homéopathiques peuvent donner de bons résultats tant sur le plan symptomatique que sur le plan curatif.

La prévention qui reste un moyen classique pour limiter l'apparition des pathologies est tres difficile à mettre en place dans le cas des allergies aux pollens. En effet, si on peut limiter l'exposition à certains allergènes comme les acariens de la maison, ou les poils de chat, il est difficile de supprimer la présence de pollens dans l'air. Toutefois, on s'aperçoit qu'il est possible de limiter la sensibilisation des jeunes enfants ou des adolescents à condition d'éviter de les soumettre, à proximité de leurs lieux de vie, à des sources de pollens allergisants. Petit à petit, il est possible avec les responsables des espaces verts des agglomérations de leurs faire prendre en compte la composante santé dans le choix, et l'entretien des espaces verts urbains. Désormais, lors de la création d'un nouvel espace vert urbain, ou lors de la rénovations d'espaces verts, il est proposé aux responsables de consulter des documents comme le guide électronique végétation-en-ville qui leur permet de connaitre les principales espèces végétales qu'il faut éviter de planter en milieu urbain ou péri-urbain et de consulter des listes de végétaux alternatifs sans danger pour la santé humaine.

Parmi les espèces végétales à éviter citons, pour les arbres, les bouleaux, les noisetiers, les aulnes, les frênes, les cyprès et les platanes, et pour les herbacées, il faut être très prudent avec certaines graminées ornementales dont le pollen peut être très allergisants et qui sont devenus très à la mode dans les nouveaux espaces urbains.

Quels conseils pouvons-nous donner aux allergiques aux pollens? Tout d'abord se maintenir informés sur les niveaux de risque d'allergie aux pollens ils sont le plus fréquemment sensibles comme, par exemple, la consultation du site www.pollens.fr, avec sa carte de niveaux de risques indiquant par département les pollens et leur niveau de risque en cause pour les jours à venir. Un certain nombre d'application Smartphone au niveau national permettent aux abonnés d'être informés régulièrement sur les niveaux de risque d'allergie lié aux pollens dans leur environnement ("Alertes Pollens", "i-Pollen", "Arballergik", "Pollen-News", etc.). Au niveau régional ou même local, citons les initiatives de certaines AASQA (Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l'Air), comme celle d'Auvergne-Rhône-Alpes, de PACA, ou d'Occitanie, ou "Vigie-Pollens" de l'APPA (Association pour la prévention de la Pollution Atmosphérique), ou encore l'application participative "Profil'Air", ou même au niveau local l'application "Metropollen" mise en place par l'agglomération de Nice en partenariat avec Veolia et le RNSA.

Le HCSP (Haut Conseil de Santé Publique) a publié un avis regroupant des messages de recommandations et d'informations à donner au public pour limiter les effets des pollens sur la santé. Le HCSP préconise pour les personnes allergiques au pollen pendant la période pollinique concernée:

Chez soi:

  • Se rincer les cheveux le soir, car le pollen se dépose en grand nombre sur les cheveux
  • Favoriser l'ouverture des fenêtres avant le lever et après le coucher du soleil, car l'émission des pollens dans l'air débute dès le lever du soleil;
  • Eviter l'exposition aux autres substances irritantes ou allergisantes en air intérieur (tabac, produits d'entretien, parfums d'intérieur, encens, etc.).

A l'extérieur:

  • Eviter les activités extérieures qui entraînent une surexposition aux pollens (tonte du gazon, entretien du jardin, activités sportives, etc.); en cas de nécessité, privilégier la fin de journée et le port de lunettes de protection et de masque;
  • Eviter de faire sécher le linge à l'extérieur, car le pollen se dépose sur le linge humide
  • En cas de déplacement en voiture, garder les vitres fermées.
  • Etre encore plus attentif à ces recommandations en cas de pics de pollution atmosphérique. Des informations sur les épisodes de pollution atmosphérique et les recommandations à suivre sont disponibles sur le site de l'association agréée de surveillance de la qualité de l'air de votre région.

 

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Commenter cet article