Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Certains effets secondaires attribués aux statines, médicaments anti-cholestérol, peuvent être provoqués par les appréhensions liées à la prise du traitement, et non par le médicament lui-même. Un effet placebo... négatif.

Certains effets secondaires attribués aux statines (médicaments permettant d'abaisser la cholestérolémie) peuvent être provoqués par les appréhensions liées à ce traitement plutôt que par le médicament lui-même, selon une étude publiée le 3 mai 2017 dans la revue médicale britannique The Lancet. Celle-ci s'intéresse aux symptômes musculaires (douleurs, faiblesse) considérés comme des effets secondaires des statines. Et montre que ces symptômes sont moindres si les patients prennent ces substances anti-cholestérol sans le savoir.

"L'effet nocebo peut être très puissant"

Ce phénomène, sorte d'effet placebo inversé, est baptisé "effet nocebo" et "peut être très puissant", a souligné le responsable de l'étude, le professeur Peter Sever, de l'Imperial College de Londres. "Les patients peuvent ressentir des douleurs bien réelles (...). Notre étude montre que c'est justement la crainte d'éprouver des effets indésirables qui peut provoquer l'augmentation des douleurs et de la faiblesse musculaires, plutôt que les médicaments eux-mêmes", a-t-il poursuivi. L'étude a été réalisée en deux temps, entre 1998 et 2004, sur 10.180 patients sujets à de l'hypertension et à des risques cardiovasculaires, au Royaume-Uni, en Irlande et en Scandinavie.

 

Durant une première phase à l'aveugle de trois ans, ils ont été traités selon un tirage au sort, sans qu'eux-mêmes ni leur médecin sachent s'ils prenaient de l'atorvastatine (l'un des types de statines) ou un placebo. Puis la quasi-totalité de ces patients a de nouveau été suivie durant une seconde phase de deux ans, et les deux tiers d'entre eux ont cette fois choisi d'être soumis à un traitement par statines. Durant la première phase, le taux de symptômes musculaires était équivalent chez les patients traités par statines et ceux qui recevaient un placebo (2,03% et 2% par an). En revanche, lors de la deuxième phase, la présence de ces symptômes était supérieure de 41% chez les patients traités par statines (1,26% contre 1% par an chez les autres). "Les bénéfices (des statines) surpassent largement leurs inconvénients. Mais des affirmations très répandues sur les taux d'intolérance aux statines dissuadent toujours trop de gens de suivre ce traitement abordable, sûr et qui peut potentiellement leur sauver la vie", a plaidé le professeur Sever.

Faire cesser la controverse sur les statines ?

L'étude, financée par les laboratoires Pfizer, Servier et Leo, ne porte toutefois que sur un type de statines, l'atorvastatine, et à des doses relativement faibles, a souligné le Dr Amitava Banerjee, de l'University College London, dans un commentaire sur l'étude recueilli par le Science Media Centre du Royaume-Uni. Ces dernières années, une controverse sur la nocivité ou l'inefficacité des statines, de plus en plus largement prescrites à titre préventif, s'est développée dans plusieurs pays. Leurs principaux effets indésirables sont l'augmentation des risques de diabète, d'AVC hémorragiques et de myopathie.

Commenter cet article

Angelilie 24/05/2017 16:40

toujours un plaisir de flâner sur vos pages. au plaisir de revenir. N"hésitez pas à visiter mon blog. lien sur pseudo. à bientôt.