Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

Procédé relativement méconnu, le cracking est à la base des aliments ultra-transformés. Comment ça marche et quels sont les dangers de ces “faux aliments” ?

Initialement, le cracking est utilisé en pétrochimie. C’est un procédé de raffinage du pétrole ou de ses dérivés qui permet d’obtenir, par décomposition et recomposition des molécules, des hydrocarbures plus légers tels que l’essence. À première vue, cela n’a donc aucun rapport avec notre alimentation. Sauf que cette méthode a été importée dans l’industrie agroalimentaire. Le résultat n’est pas joli à voir.

Des aliments ultra-transformés

Le cracking a fait l’objet d’un reportage diffusé par Envoyé Spécial en septembre 2018. Dans celui-ci, le directeur commercial d’une usine explique comment “faire du poulet” sans qu’il ne contienne un seul gramme de viande de poulet. Pas vraiment appétissant, n’est-ce pas ? Dans l’industrie agroalimentaire, le cracking consiste à fractionner les aliments non transformés en plusieurs éléments. Ces derniers résultent généralement en des poudres ou des sirops.

  • Exemple : le lait fait partie de ces nombreux aliments non transformés (comme les œufs, le riz, le maïs…) qui font l’objet de cracking. En utilisant ce composé, le lait est divisé en de nombreux ingrédients tels que des protéines, de la caséine, du lactosérum, de l’hydrolysat ou encore des peptides.

Ces ingrédients sont ensuite injectés dans d’autres aliments. Le but est de modifier leur goût, leur texture ou encore leur couleur. Le résultat final est un aliment ultra-transformé. Si ces successions de transformations font perdre aux aliments leur valeur nutritive, le danger est bien plus important.

Présents partout et dangereux pour la santé

Aujourd’hui, ces aliments ultra-transformés (AUT) font partie, sans que nous le sachions forcément, de notre vie quotidienne.

  • Petite liste non exhaustive des AUT : céréales pour enfants, plats préparés, barres chocolatées, poisson pané, nuggets de poulet, confiserie, biscuits, chips, pizzas surgelées, nouilles instantanées, steaks végétaux…

Riches en calories dites vides, les aliments ultra-transformés n’apportent pas les besoins nutritionnels quotidiens dont nous avons besoin. Mais il y a pire encore. Présents un peu partout dans nos supermarchés, ces AUT sont accusés par de nombreux scientifiques d’être responsables de maladies chroniques, voire de décès. Docteur et chercheur en nutrition préventive, Anthony Fardet lie la surconsommation de ces faux aliments à la progression de l’obésité et du diabète de type 2. Une récente étude a également associé une hausse de consommation des AUT dans l’alimentation quotidienne à une hausse de la mortalité.

Comment s’en prévenir ?

Anthony Fardet a écrit un livre sur le sujet, “Halte aux aliments ultra-transformés“. Il conseille de ne pas consommer plus de 15% de ses calories sous la forme d’aliments ultra-transformés. Pour éviter au maximum les AUT, il existe plusieurs conseils à suivre. En voici deux :

  • S’intéresser à la composition du produit : regardez plus en profondeur ce que vous souhaitez acheter. Si vous observez la présence de nombreux ingrédients et additifs dans le produit, celui-ci est très probablement ultra-transformé.
  • Scanner le produit : l’application ScanUp est un atout. Elle permet d’informer les consommateurs sur le degré de transformation du produit, juste en le scannant. Grâce à cela, vous découvrirez réellement ce qu’il y a dans le produit.

 

Source : Yahoo Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article