Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

C'est le site MidiLibre.fr qui relate cette information pour le moins insolite, qui rappelle nombre d'anecdotes potaches de médecins urgentistes confrontés chaque jour à de telles situations plus ou moins gênantes. Sex-toy et scie circulaire : récit.

C'est un touriste allemand qui, en vacances à Ibiza, a fait l'acquisition d'un sex-toy ultra solide et, a priori, assez attractif pour que, rapidement, il décide de l'étrenner.

L'homme décide donc de passer l'épais anneau en acier autour de ses parties génitales, coinçant malencontreusement l'objet jusqu'à ne plus parvenir à le retirer.
On imagine les efforts douloureux du touriste occupé à tout tenter pour libérer les malheureux bijoux de famille asphyxiés par l'objet devenu de déplaisir.

Las, n'y parvenant pas tout seul, notre homme se résout alors à composer le numéro des pompiers, venus à plusieurs sur les lieux de l'incident. S'ils en ont vu d'autres, les hommes du feu ont malheureusement alors bien du mal à faire face à la situation, tant le métal s'avère solide.

C'est donc munis d'une scie circulaire qu'ils décident de s'approcher de l'objet du litige, non sans avoir pratiqué une anesthésie locale sur le patient, afin de couper carrément le joujou.

Deux anesthésies, deux lames, deux heures et trois batteries

"Nous avons l'habitude de voir des choses étranges, mais cela nous a vraiment surpris", ont-ils tout de même déclaré, avant de se rendre compte qu'une seule entaille ne suffirait pas à libérer la victime, et de recommencer alors l'opération de l'autre côté...

Il aura finalement fallu deux anesthésies, deux lames, deux heures et trois batteries aux sauveteurs pour venir à bout de l'anneau.
"Je n’avais jamais vu un acier aussi résistant », a déclaré l'un d'eux.

Quant au touriste, s'il en est finalement sorti indemne, gageons qu'il gardera de cette journée de congés un bien douloureux souvenir...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article