Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://kerelle.com/blog/wp-content/uploads/2007/08/monstre-loch-ness.jpg

 

«J’étais dans un bateau sur le fleuve quand j’ai vu le Mokele-mbembe. Il a commencé à nous poursuivre. Le Mokele-mbembe a surgit de l’eau. Nous avons fui, sinon, il nous aurait tué», raconte un Congolais à la BBC.

 

L'homme est persuadé d'avoir vu le monstre qui hanterait les eaux de la région du Likouala, dans les zones retirées du nord-est du Congo-Brazzaville habitées par les Pygmées: une créature énorme qui ressemblerait à un reptile avec un long cou, une longue queue et une corne qui lui servirait pour tuer des éléphants.

 

Le Likouala est une région propice à la création de mythe et légendes car 80% de son territoire de 660.000 km² n'est pas répertorié et ses immenses forêts denses et inondées laissent la place au mystère.

En plusieurs siècles, plus de 50 expéditions de scientifiques occidentaux ont été organisées pour rechercher cette mystérieuse créature. Mais aucune preuve n’a été trouvée, mise à part une grosse empreinte de patte en forme de griffe enregistrée par un missionnaire français en 1776 et quelques photographies floues peu utilisables, explique le reportage de la BBC sur le monstre mythique.

 

Néanmoins, au même titre que le monstre du Loch Ness qui hanterait les hautes terres écossaises, les habitants de la région y croient: «Quand les gens se réunissent autour d’un feu de camp, ils parlent du Mokele-mbembe. C’est quelque chose qui fait vraiment partie de leur vie quotidienne», raconte Paul Ohlin qui a vécu plus de 10 ans au Congo et en République centrafricaine.

«Je mettrais le Mokele-mbembe dans la même catégorie dans le monstre du Loch Ness, pense Bill Laurance, un spécialiste des forêts tropicales et professeur à l’université Cook d’Australie, mon sentiment est que la possibilité que cette créature existe réellement aujourd’hui est limitée. Mais, ce que l’on apprend très tôt avec la science, c’est qu’il ne faut jamais dire jamais. On continue à découvrir de nouvelles espèces».

D’autres, comme l’écrivain américain Rory Nugent parti à la recherche du monstre mythique congolais, craignent que cette région du Congo ne devienne une zone touristique comme en Ecosse, une sorte de «Congo Disneyland». Organiser des expéditions pour chasser le Mokele-mbembe pour des touristes ou explorateurs du monde entier, serait une aubaine pour l’économie locale!

 

Lu et vu sur BBC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article