Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

En attachant une caméra embarquée à un panier à crabe, des pêcheurs australiens sont parvenus à mettre en évidence l'incroyable biodiversité qui peuple les eaux au large des côtes de Bunbury.

 

 

Les nasses sont des pièges généralement conçus pour être immergés et capturer des animaux marins. Toutefois, il arrive parfois que certains détournent leur usage pour en faire de véritables laboratoires d'observation sous-marins. C'est le cas de ces pêcheurs australiens qui ont eu la bonne idée de fixer une caméra GoPro à l'un de leur panier à crabes afin d'admirer la faune qui peuplent l'océan au large des côtes de Bunbury. Et le résultat est stupéfiant.

 

Poissons, crustacés et autres spécimens se bousculent pour profiter de l'appât. La vidéo, intitulée "Un jour dans un panier à crabe", rend compte de cet incroyable défilé de biodiversité marine. Les poissons, comme cette espèce de Pelates octolineatus, identifiables grâce à leur corps rayé, sont les premiers à entrer en action. Arrivent ensuite des crabes bleus de la famille des Portunidae, venus revendiquer leur dû et chasser les importuns.

 

Lorsque l'on s'y attend le moins, quelques poissons cartilagineux comme des raies ou des requins décident quant à eux de faire des apparitions éclairs. Outre la beauté du spectacle et l'intérêt scientifique que représente cette vidéo, celle-ci a le mérite d'illustrer une problématique environnementale importante. 

 

Des milliers de crabes tués

Les nasses attirent en effet de nombreuses espèces marines, et il est nécessaire de garder à l'esprit le danger qu'elles représentent lors de leur manipulation. Actuellement, de plus en plus de casiers à crabes sont abandonnés aux bords des côtes et des rivières australiennes, nuisant aux animaux aquatiques qui s'y retrouvent piégés.

 

La NOAA estime qu'il y aurait environ 30 "casiers fantômes" par kilomètre dans la York River, un estuaire situé en Virginie et quelque 120 (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

Commenter cet article