Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://sciences.blogs.liberation.fr/.a/6a00e5500b4a6488330148c86bea5e970c-300wi

Le 3 février, l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) a mis à la disposition des citoyens un rapport complet sur la surveillance de la radio-activité sur le territoire national.

Ce Bilan radiologique de la France en 2009 illustre le sérieux et la volonté de transparence avec laquelle l'Institut travaille. Les internautes curieux de le lire en intégralité peuvent le télécharger en pdf ici.

Ce rapport permet d'entrer dans le détail des moyens et techniques utilisées par les ingénieurs et techniciens de l'IRSN pour tisser un réseau de surveillance précis. Le recul historique acquis permet de mettre en perspective les événements importants (essais des bombes atomiques dans les années 1950 et 1960, Tchernobyl en 1986) pour l'état radiologique du pays. La stratégie de surveillance évolue, montre ce rapport, vers plus de précisions.

Les différents sites surveillés (centrales nucléaire, usines liées au cycle du combustible nucléaire, Reseau Teleray actuel et 2015 anciennes mines d'uranium, centres de stockages de déchets radioactifs, centres de recherche, bases militaires, centre de médecine nucléaire...) sont détaillés, avec les résultats des mesures.

Le rapport détaille également trois sites ayant donné lieu à une surveillance spéciale. A droite l'évolution prévue d'ici 2015 du réseau Teleray afin de mesurer de plus en plus finement l'environnement des centres nucléaires civils et militaires.

Enfin, le lecteur trouvera en fin de rapport un glossaire fourni en explications sur la radioactivité.

Radon en France Pour les citoyens, l'information principale est contenue dans la première phrase du texte de présentation : «D’une façon générale, les niveaux de radioactivité mesurés en 2009 en métropole dans le cadre de la surveillance assurée par l’Institut sont stables, dans la continuité des dernières années, et se situent à un très bas niveau, c’est-à-dire proches ou en-deçà des limites de détection des instruments de mesure utilisés

Les observations montrent en effet que - médecine nucléaire mise à part - l'usage intensif du nucléaire en France ne conduit qu'à des expositions aux radiations ionisantes mineures au regard de la radioactivité naturelle. A gauche une carte assez grossière, par département, des concentrations en radon dans les habitations.

L'internaute peut également se rendre sur ce site du Réseau national des mesures de la radioactivité pour trouver des informations, y compris les mesures réalisées par des laboratoires universitaires ou associatifs comme l'ACRO et la CRIIRAD (voir la liste des laboratoires).

Ce rapport porte sur l'année 2009. Pour des informations sur des événements récents - comme la contamination au tritium à Saint Maur des fossés - il faut se rendre dans la partie actualité du site web de l'IRSN.

 

Par Sylvestre Huet, le 8 février 2011

http://sciences.blogs.liberation.fr/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article