Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.maviepro.fr/sites/default/files/images/moins-fort-je-travaille.jpg

Maux de tête, fatigue, et si cela venait du bruit de fond constant qui règne sur votre lieu de travail ? Un phénomène de plus en plus préoccupant.

 

Nous sommes 39% à nous plaindre du bruit au travail, selon une enquête IPSOS pour la Journée nationale de l’audition qui a lieu aujourd’hui. Face à cette réalité, tous les actifs ne sont pas égaux : tandis que 57 % des ouvriers ressentent de la gêne, le chiffre baisse à 36 % pour les employés et à 28 % pour les cadres supérieurs et professions intermédiaires. A noter toutefois que 51 % des personnes travaillant dans un open-space de bureaux ou une plate-forme téléphonique se disent très embarrassés par le bruit.

3000 à 4000 salariés sont victimes chaque année de surdité professionnelle. 67% des français se disent dérangés par le bruit sur leur lieu de travail. Plus de 3 millions de français seraient exposés de manière prolongée à des bruits intenses, dépassant 85 décibels sur leur lieu de travail (source : JNA).

Le bruit peut paraître un problème mineur, pourtant il peut occasionner de sérieux dégâts auditifs : douleurs, sifflements, acouphènes, surdité… Générateur de stress, il peut aussi provoquer des maladies chroniques comme des troubles cardiaques, digestifs et nerveux, des maux de tête, de l'irritabilité, de la fatigue, des insomnies, de la dépression.

Vérifier le niveau sonore dans votre espace de travail. Une conversation à voix normale mesure en général 60 décibels (dB). A partir de 75 dB, le son devient pénible, il est dangereux s'il est de 85 dB. A titre d'exemple, le bruit d’une voiture qui passe est de 70 dB, celui d’une perceuse pour la pierre de 110 dB. Si vous criez pour interpeller quelqu'un à 2 mètres de distance, vous générez au moins 85 dB.

Indépendamment du statut professionnel, de l’âge, de la profession, le bruit accroît de 24% le risque d’accident avec arrêt de travail (source : JNA).

Se protéger. Dans tous les cas, 80 dB est le seuil d’exposition quotidien au-dessus duquel une protection auditive (casque ou autre) devient obligatoire, selon la directive européenne nº 2003/10/CE du 6 février 2003, relative à la prévention du bruit en milieu de travail et transposée en droit français par le décret n° 2006-892 du 19 juillet 2006. L'employeur doit donc mettre à disposition des protections auditives individuelles. D'autres moyens sont préconisés : l'isolement des appareils générateurs de bruit en utilisant des revêtements amortissants, l'ajout de silencieux sur les moteurs, les turbines, les pompes, les systèmes d’aspiration ou autres équipements bruyants, des revêtements spécifiques sur les parois, plafonds, murs…

Se mettre au calme. Plus simplement, pour réduire l'impact sonore, l'association JNA conseille de s’éloigner des zones bruyantes pour reposer ses oreilles, le niveau de bruit baissant avec l’éloignement.

20% des cas de surdité chez l’adulte seraient attribuables au bruit en milieu de travail (source : JNA).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article