Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.techyou.fr/wp-content/uploads/2011/01/techyou+ces+2011-332x250.jpg

Finalement assez chiche en concepts forts, le dernier IFA de Berlin laissait du coup présager d’un CES de Las Vegas un événement de haute volée. Les constructeurs en avaient « gardé sous le pied ». Eh bien pas qu’un peu ! A peine a-t-il ouvert ses portes le 5 janvier dernier que le salon hi-tech de la ville du vice fait parler la poudre. Premier constat, l’avènement des tablettes DOIT avoir lieu, puisque les constructeurs de tout bord s’y mettent en masse. Deuxième marotte, la 3D. En plein démarrage depuis fin 2009, elle se propage désormais dans de nombreuses gammes de produits… et pas que des téléviseurs !

Dans cette première partie, nous allons voir ce que nous réserve le futur proche en termes de mobilité et donc, surtout, de tablettes tactiles.

Google Android Honeycomb, le sauveur

Google l’a assez répété au cours des derniers mois, Android dans ses versions actuellement en circulation (jusqu’au 2.2 Froyo, donc) n’est pas calibré pour les tablettes tactiles, aussi bien dans les applications que dans les possibilités offertes en termes de navigations. Pour le géant des moteurs de recherche, son OS 3.0, nom de code Honeycomb, est la seule base viable. Le CES est donc l’occasion de présenter plus en détail le système d’exploitation pour grand écran de la firme. Une vidéo officielles est d’ailleurs de la partie :

Au menu, on note la présence d’une navigation par onglets totalement repensée. Exit les petites icônes applicatives et bonjour la gestion réellement multitâches avec prise en compte de la taille des écrans de tablettes pour la navigation. Le lecteur d’eBooks est revu, tout comme le moteur de GMail. Google va ainsi plus loin que la différence d’affichage et de navigation que l’on peut constater entre iPhone et iPad chez Apple. Android a décidé de frapper fort.

Autre soutien de poids pour la génération de tablettes à venir, le processeur double cœur Nvidia Tegra 2. Intégré dans plusieurs terminaux, il sied parfaitement aux besoins d’Android 3.0.

Motorola, Toshiba et LG montrent la voie

Certainement l’une des tablettes les plus en vue de tout le salon, la Xoom de Motorola est aussi la représentante quasi officielle de la nouvelle mouture d’Android. Son écran tactile capacitif de 10,1 pouces affiche une définition de 1 280 x 800 pixels et le processeur Nvidia Tegra 2 de 1 Ghz anime le tout. Un capteur photo de 5 mégapixels se place au dos et une webcam de 2 mégapixels se trouve en façade. Dotée d’une connexion 3G et Wifi, la Xoom pourra également passer en 4G en temps voulu. Commercialisée aux USA avant la fin mars 2011, elle n’a pas encore de date de sortie pour la France.

Du côté de la Corée, LG se montre cachotier avec sa tablette. Longtemps évasive à son sujet, la marque a hésité jusqu’à la veille du CES pour montrer sa fameuse G-slate. Finalement, LG a craqué et c’est via une présentation sur le stand de l’opérateur T-Mobile que la tablette de 8,9 pouces tournant sous Android 3.0 se laisse « entrevoir ». En théorie, LG envoie du lourd : l’écran est 3D avec technologie sans lunettes, les connectivités WiFi, 3G et 4G sont de la partie (3G seulement pour la France) et le capteur 5 mégapixels au dos de la G-slate peut photographier et filmer en 3D !

Le processeur Tegra 2 dual core est encore au cœur du système. Considérant sa tablette comme la « plus haut de gamme du marché« , LG n’avance encore aucun prix.

Après la Folio 100 sous Android 2.2, Toshiba se lance dans la tablette alliant Android 3.0 et Tegra 2. Toujours sous format 10,1 pouces (définition de 1 280 x 800 pixels), cette tablette-qui-n’a-pas-encore-de-nom adopte un capteur 5 mégapixels au dos et une webcam en façade.

Les connecteurs sont en nombre avec une sortie HDMI, un port mini USB et un slot microSD. Le prix attendu est de 400 euros, pour une sortie au printemps prochain.

Panasonic : un peu de TV dans la Viera Tablet

Étonnant que Panasonic viennent livrer bataille sur le marché des tablettes ? Pas vraiment, puisque, rappelons-le, la marque nippone conçoit, en plus des TV 3D et autres matériels audio-vidéo-photo et informatique, des smartphones évolués (au Japon). Proche de l’univers audiovisuel de la marque, la tablette Panasonic se nomme ainsi Viera Tablet (Viera est le nom de la famille TV/Blu-ray). D’une taille de 7 pouces et fonctionnant sous Android 2.2 (pour l’instant, il ne s’agit que d’un prototype), la Viera Tablet intègre le Viera Cast, le programme de contenus multimédias et VOD de Panasonic.

Films, séries, documentaires, sites web, applications, on peut ainsi télécharger des tas de contenus mais également les partager avec un TV Panasonic connecté. La tablette devient même une télécommande tactile et peut aussi afficher le contenu du TV sur son écran, avec des infos supplémentaires (stats d’un match de football et même angles de caméras différents, par exemple). Gameloft est également sur les rangs pour un magasin de jeux HD. Pas de date ni de prix pour l’instant.

Quand BlackBerry s’y met aussi

Présenté brièvement à l’automne dernier, le BlackBerry Playbook s’est enfin laissé approcher à Las Vegas. Écran de 7 pouces, système d’exploitation maison dédié à la tablette, réactivité d’enfer, puissantes applications pro prévues, la bête à tout pour séduire le secteur de l’entreprise, cible privilégiée de RIM. Mais comme avec le petit revirement grand public observé sur les mobiles BlackBerry, la firme compte bien attirer le grand public dans ses filets. Pour cela, elle devra donc proposer un large éventail d’applications d’ici à la sortie du PlayBook.

On pourrait également citer la Galaxy Tab 2 de Samsung, mais les changements par rapport à la première mouture sont ultra minime puisque seul le processeur gagne un peu de puissance et que le capteur photo passe de 3 à 5 mégapixels. Aucun signe d’Android 3.0 ou d’un processeur double cœur.

Rayon mobiles, les constructeurs mettent l’accent sur le

LTE 4G, l’après 3G. Loin d’être en phase d’atterrissage dans nos contrées, le réseau mobile surpuissant est déjà en voie de développement aux États-Unis. LG et Motorola s’en donnent d’ailleurs à cœur joie avec des smartphones monstres à venir courant 2011.

Commenter cet article