Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://img3.topsante.com/var/topsante/storage/images/medecine/troubles-orl/grippe/prevenir/comment-echapper-a-la-grippe-cet-hiver-49977/437227-2-fre-FR/Comment-echapper-a-la-grippe-cet-hiver_exact441x300.jpg

 

Bébés, personnes âgées, jeunes adultes… impossible de connaître la cible privilégiée de la prochaine grippe. Mais les plus fragiles ont intérêt à se vacciner. Et chacun peut limiter les risques en prenant quelques précautions.

 

On pense à se laver les mains régulièrement
La contamination est surtout aéroportée (présence du virus dans l’air ambiant) donc, en principe, on n’attrape pas la grippe en croisant dans la rue un passant malade ou en touchant le manteau du voisin dans le bus. À condition qu’il ne tousse pas ou ne vous serre pas la main. Le Pr Van Der Werf rappelle les règles pour se protéger : « Se laver les mains plusieurs fois par jour, notamment après avoir été en réunion au travail, dans les transports, les magasins… Utiliser des gels hydroalcooliques quand on ne peut pas se laver à l’eau et au savon. Quand on va tousser, mettre devant sa bouche un mouchoir à jeter dans une poubelle close (idem après s’être mouché), et aérer tous les jours chez soi. »
Si la grippe a frappé, utiliser un masque pour ne pas contaminer les autres. « On trouve facilement un modèle chirurgical léger, mais le plus efficace a une forme de bec de canard », précise le Dr Claude Leicher. Et on reste chez soi au maximum !

 

La meilleure protection reste le vaccin contre la grippe
S’il ne couvre pas à 100 %, il permet tout de même d’être bien protégé, le taux d’anticorps protecteur allant de 60 à 90 %. Ce serait dommage de s’en priver. Surtout si on est atteint d’une affection chronique qui fragilise le cœur ou les poumons, si l’on est enceinte, en situation d’obésité ou que l’on a plus de 65 ans. Dans ce cas, le virus peut être dangereux en raison de ses complications. C’est pourquoi le vaccin est alors pris en charge. Même chose pour les enfants qui ont une maladie respiratoire, cardiaque, rénale, immunitaire… En revanche, en France, le vaccin n’est pas recommandé aux enfants sains et aux bébés de moins de 6 mois. Et pour les autres, les adultes en pleine forme ? « Il est fortement conseillé chaque année (et remboursé à 65 %). Avoir eu la grippe l’an passé ou avoir été vacciné ne protège pas contre les souches qui seront actives cet hiver », prévient le Dr Leicher.

« Normalement, les personnes à risque doivent recevoir automatiquement un bon de vaccination, confirme le Dr Jean-Marie Cohen, directeur du réseau Grog (Groupes régionaux d’observation de la grippe). Mais toutes ne sont pas répertoriées comme telles, notamment les femmes enceintes. Dans ce cas, votre médecin généraliste peut émettre ce bon pour que la vaccination soit prise en charge à 100 %. »

 

On renforce ses défenses avec les médecines complémentaires
Faire barrage aux microbes avec de bonnes mesures d’hygiène, c’est essentiel. Mais rien n’empêche d’essayer de donner un petit coup de pouce à son bouclier intérieur, c’est-à-dire de renforcer ses défenses immunitaires.
- L’homéopathie. « On peut prendre Influenzinum 9 CH, une dose par semaine pendant un mois à l’automne, puis une dose par mois pendant tout l’hiver », recommande le Dr Bernard Chemouny, auteur du "Guide de l'homéopathie" et de "Soigner le stress par l'homéopathie et la phytothérapie" (ed. Odile Jacob).
- La phytothérapie. Elle permet d’agir efficacement sur le terrain. « Prendre Echinacea en teinture-mère (20 à 30 gouttes par jour pendant un mois) ou en macérât glycériné, sans alcool pour les enfants. Ou encore Eleutherocoque, en teinture-mère (même dosage) », explique le Dr Bernard Chemouny.
- Les oligo-éléments de cuivre et de zinc, à raison d’une ampoule par jour au début de l’hiver (par exemple chez Granions) aident à prévenir les infections.


- La diététique. C’est la base de la médecine préventive, donc pas de repas sautés ou de menus déstructurés. Il est préférable de maintenir les réserves de micronutriments. Au petit déjeuner, on peut essayer d’avaler des tartines de pain au levain, un laitage ou du jambon, un fruit frais pour les vitamines et le cuivre. À midi, on prend un peu de viande ou de poisson + fromage et fruit ; et le soir, des féculents avec des légumes. De quoi éviter les baisses d’énergie dans la journée et assurer à l’organisme l’essentiel pour combattre les virus.

 

Commenter cet article