Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://img.maxisciences.com/insecte/les-coleopteres-ont-tendance-a-montrer-une-sexualite-moins-poussee-en-cas-de-mauvais-temps_62994_w460.jpg

 

Des chercheurs brésiliens ont mis en évidence la façon dont les insectes de plusieurs espèces écourtent ou diffèrent leur 'parade nuptiale' ou leur accouplement lorsque la pression atmosphérique annonce des conditions météorologiques dangereuses pour eux.  


Depuis des siècles, les humains vouent un grand intérêt à la météo. Pour prédire le temps qu'il fera dans les jours à venir, certains ont ainsi cherché à développer des stratégies simples comme complexes. Parmi celles-ci : observer le vol des oiseaux ou encore le comportement des vaches. Certains affirment même pouvoir se fier à leurs douleurs articulaires. Mais personne encore n'avait eu l'idée de regarder les insectes pour prédire la météo. Et, pourtant ce serait bien efficace selon une nouvelle étude.

Pour en arriver là, les auteurs de ces travaux, Ana Cristina Pellegrino et José Maurício Bento, de l'Université de São Paulo, se sont penchés sur le comportement sexuel de trois espèces d'insectes : un coléoptère, un lépidoptère (la noctuelle américaine du maïs) et un hémiptère. Plus précisément, les scientifiques ont étudié les variations de ces comportements en fonction des changements de pression barométrique : lors des chutes de pression, en pression stable et lors des augmentations de pression.

 

Des insectes moins actifs sexuellement

 

Les résultats montrent que la réponse des coléoptères mâles aux phéromones sexuelles femelles diminue significativement lors des baisses de pression - qui annoncent fortes pluies et vent. En outre, dans ces mêmes conditions, 63% des mâles ont semblé abréger leurs manœuvres de séduction pour commencer à copuler plus rapidement, rapporte l'étude publiée dans PLoS ONE. Chez les lépidoptères, ce sont les femelles qui réduisent leurs signaux d’appel destinés aux mâles en cas de baisse de la pression barométrique.

 

Chez les hémiptères, enfin, ces appels de recherche d’un partenaire diminuent aussi bien lors des baisses que lors des augmentations de pression - toutes deux signes d’éventuels vents violents. De plus, ces comportements s’accompagnent, chez les lépidoptères comme chez les hémiptères, d’une réduction des accouplements proprement dits.

 

Tous les insectes impactés ?

"Les résultats présentés montrent que trois espèces d'insectes très différentes modifient toutes certains aspects de leur comportement sexuel en réponse aux changements de pression barométrique", explique José Mauricio Bento. Ceci suggère que tous les insectes seraient susceptibles de modifier leur comportement en cas de mauvais temps. "Cependant, il y a beaucoup de variabilité interspécifique dans leurs réponses, qui peut être liée à des différences de taille, à la capacité de vol et à la périodicité circadienne", ajoute t-il.

 

Dans la mesure où de nombreux vertébrés se nourrissent d'insectes, il est possible selon les chercheurs, que l'activité des animaux en quête de nourriture soit également perturbée par une chute de pression atmosphérique. Si tel est le cas, les conséquences du mauvais temps impacteraient des communautés écologiques entières. Désormais, les scientifiques espèrent étudier les mécanismes associés aux comportements observés chez les insectes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article