Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://sante.lefigaro.fr/sites/default/files/styles/450_x_/public/media/field_media_image/PHOebbd7678-b108-11e3-bf76-c82cacd41847-805x453.jpg?itok=89fxu3HM

 

VIDÉO - Caractérisée par la formation d'un caillot sanguin dans une veine de la jambe, cette maladie touche autant les hommes que les femmes.

 

La phlébite est une maladie au nom familier, évoquée notamment lors de la «crise» des pilules contraceptives de 3e et 4e génération l'an dernier. Touchant plus de 100.000 Français chaque année, elle se définit par la formation d'un caillot sanguin dans une veine de la jambe, qui bloque la circulation sanguine, avec le risque de migration dans les poumons et donc d'embolie pulmonaire, potentiellement mortelle. Si la gravité de cette pathologie est globalement bien connue, les facteurs qui doivent éveiller la vigilance des individus, eux, le sont moins. Or, si l'on agit vite, la phlébite se soigne. C'est donc pour sensibiliser le grand public aux signes avant-coureurs que le laboratoire pharmaceutique Bayer lance ce vendredi une campagne d'information baptisée «Douleurs, lourdeurs, gonflement: 3 signes pour réagir».

 

«Une douleur et une sensation de lourdeur dans le mollet au repos, ainsi qu'un gonflement de la jambe doivent attirer l'attention sur l'hypothèse de la phlébite», explique le Dr Jean-Pierre Laroche, médecin vasculaire au CHU de Montpellier, conseiller médical pour la campagne. «En cas de doute, il faut aller son voir son médecin généraliste en urgence, qui pourra prescrire un écho-doppler avec un spécialiste pour confirmer le diagnostic.»

 

Si la phlébite est avérée, le traitement repose sur la prise d'anticoagulants pour dissoudre le caillot qui s'est formé dans la veine, et, tout aussi important, du port de bas ou chaussettes de contention (également appelés de compression) pour favoriser le retour veineux au niveau de la cheville et du mollet. Lors de la période de rétablissement, la marche est conseillée car elle favorise la résorption du caillot. «Lorsque la phlébite est prise en charge, le risque mortel ne dépasse pas 0,3 % dans le mois qui suit, alors qu'il atteint 25 % en l'absence de traitement», souligne le Dr Laroche.

De multiples facteurs

C'est sans doute sur les facteurs de risque que l'information est la plus nécessaire. Un sondage Ifop réalisé en janvier pour Bayer montre qu'une majorité des personnes interrogées pensent, à tort, que la maladie touche davantage les femmes que les hommes (or les deux sexes sont concernés de la même façon), et uniquement les plus âgés (les jeunes peuvent aussi être atteints, quoique moins fréquemment).

Le risque de phlébite est d'abord favorisé par la génétique: avoir un parent qui a lui-même eu une phlébite signale une prédisposition. «Cela ne signifie pas que cette personne aura nécessairement une phlébite dans sa vie, rappelle le Pr Grégoire Le Gal (CHU Brest), qui a également collaboré à la campagne. Mais cela doit conduire à accroître sa vigilance». Les autres facteurs de risques majeurs sont les opérations chirurgicales (notamment orthopédiques), les traumatismes, l'hospitalisation et le cancer, mais aussi la grossesse, l'obésité, les longs voyages en avion, et le tabagisme associé à la contraception orale ou aux traitements hormonaux de la ménopause.

Certaines habitudes de vie peuvent permettre de réduire les risques: pratiquer une activité physique (les plus conseillées étant la natation, la marche et le vélo), porter des bas de contention lorsque le risque a été identifié, ne pas fumer.

infographie phebite
Le laboratoire Bayer, qui a fait l'objet de plusieurs plaintes en France et aux États-Unis de la part de jeunes femmes attribuant leurs thromboses veineuses à la prise de pilules contraceptives de la marque, assure que la décision de centrer sa nouvelle campagne de sensibilisation sur les phlébites a été prise avant le début de la médiatisation française massive des risques de la contraception orale, fin 2012-début 2013. «Toutefois, si cette campagne peut permettre de rétablir certaines informations et de compenser une certaine banalisation de la pilule, nous nous en réjouissons», assure Johan Roix, conseiller scientifique cardiologie au sein du groupe. Bayer commercialise un anticoagulant, le Xarelto.

 

EN SAVOIR PLUS:

La phlébite

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE:

Le poids sous-estimé des embolies pulmonaires

Phlébites: jambes lourdes ou varices doivent-elles alerter?

Un nouveau traitement pour les phlébites

 

 

Commenter cet article