Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://img0.mxstatic.com/fourmi-de-feu/contre-la-noyade-les-fourmis-de-feu-s-associent-en-radeau-de-sauvetage-credits-david-hu-et-nathan-j-mlot_28174_w460.jpg

Des chercheurs américains se sont aperçus que face à une inondation, les fourmis de feu s'associaient entre elles pour former une sorte de radeau de sauvetage. Une structure solide, flottante et qui peut tenir plusieurs semaines.


Un tas d'environ 500 fourmis rouges flottant à la surface de l'eau. Si l'on savait déjà que ces insectes étaient dotés d'une grande intelligence collective, l'image a ici de quoi impressionner. En effet, celle-ci révèle un mécanisme surprenant mais bien réel mis en place par une colonie face à une éventuelle inondation. Lorsqu'elles sont confrontées à un risque de noyade, ces fourmis piqueuses s'arrangent entre elles en une sorte de radeau de sauvetage qui leur permet de flotter tout en douceur sur l'eau. Un mécanisme dont les chercheurs de l'Institut de technologie de Georgie aux Etats-Unis ont révélé les mystères.

 

Décrite dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, l'étude s'est découpée en plusieurs expériences. Dans un premier temps, les scientifiques ont collecté des fourmis de feu et ont déposé quelques groupes dans de l'eau pour voir ce qu'il se passait. En moins de 2 minutes, les insectes se sont alors liés et ont formé une structure flottante qui a gardé à l'abri tous les individus du groupe sans exception. "Même lorsque les fourmis sont au fond du radeau, elles ne sont techniquement jamais submergées", a expliqué Nathan J. Mlot, étudiant diplômé qui a participé à l'étude. Selon leurs résultats, les fourmis situées à la base seraient en fait capables de conserver grâce aux poils situés sur leur corps, une fine couche d'air qui leur permet de continuer à respirer.

 

Pour tester la flottabilité du radeau, les scientifiques ont tenté de noyer la structure mais rien n'y a fait, celle-ci revient toujours à la surface. Une propriété due à la rapide réaction des insectes. Face à une telle perturbation, les fourmis contractent leurs muscles, ce qui rend le radeau moins "flottable" mais qui permet de piéger davantage d'air, empêchant la noyade. Individuellement, les petites bêtes semblent tout aussi "insubmersibles". "Le seul moyen de garder une fourmi sous l'eau était de nouer un élastique autour de son corps et d'y attacher un poids", a indiqué Nathan Mlot.

 

"Comme une goutte d'huile à la surface de l'eau"

Après avoir observé leur formation, les scientifiques ont gelé dans l'azote l'un de ces radeaux pour en étudier la structure. Au microscope, ils ont alors constaté que les insectes se liaient "corps à corps" les uns aux autres en saisissant la patte ou la mandibule de leurs voisins. Une affaire délicate qui leur permet néanmoins de former une sorte de "fluide", un cinquième aussi dense que de l'eau mais d'une tension de surface 10 fois supérieure et d'une viscosité 10 millions de fois plus importante. "Vous pourriez prendre cette balle et cela aurait la même structure que du mastic mou. Vous pourriez la serrer, la lancer en l'air et les fourmis resteraient ensemble", a précisé l'étudiant américain. Un mécanisme tout à fait surprenant qui a démontré son efficacité.

 

 

Découvrez les impressionnants radeaux formés par les fourmis en images sur Maxisciences.

 

Commenter cet article