Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Depuis le 12 février, l'Aquarium tropical de la Porte Dorée à Paris présente deux nouveaux pensionnaires : deux jeunes alligators albinos. Des spécimens rares que Gentside Découvertes est parti rencontrer.

 

 

A peine 70 centimètres de long, une peau d'un blanc immaculé, des petits yeux globuleux immobiles... Ce sont des spécimens exceptionnellement rares que présente depuis le 12 février l'Aquarium tropical de la Porte Dorée à Paris. Pour la toute première fois, ce dernier accueille parmi sa collection deux jeunes alligators très particuliers puisqu'ils sont albinos.

Cette caractéristique est due à une mutation génétique et se manifeste par l'absence de mélanine, le pigment qui colore normalement la peau, les cheveux et l'iris de l'oeil. Aussi, contrairement à leurs congénères, les deux nouveaux pensionnaires de l'Aquarium sont entièrement blancs du museau au bout de la queue. De même, leurs yeux ne sont pas colorés comme les autres reptiles, ils sont très clairs et présentent des teintes jaunâtres.

 

Des reptiles venus de Floride

"Nous sommes très contents d'accueillir ces deux alligators. Nous avons déjà eu des spécimens particuliers mais jamais des spécimens albinos", nous confie Michel Hignette, directeur de l'Aquarium tropical. "Ils sont nés en Floride mais ils viennent d'un éleveur privé qui est tombé amoureux de ces deux alligators". Cet éleveur, c'est Karim Daoues, spécialiste des reptiles et directeur de la Ferme Tropicale située dans le XIIIe arrondissement de Paris.

 

Plusieurs mois après avoir acquis les reptiles, il s'est finalement laissé convaincre qu'il était dommage de garder pour lui des spécimens aussi exceptionnels. C'est ainsi, après quelques discussions, que les deux jeunes alligators ont atterri à l'Aquarium tropical. Ils sont arrivés il y a 3 mois "mais nous avons tenu à réaliser une phase d'essai avant de les présenter, une phase d'acclimatation", (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

Commenter cet article