Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.atlantico.fr/sites/default/files/imagecache/Une/atlantico_sciences_20_janvier_2013.jpg

 

Ce que verrait un astronaute effectuant un voyage à la vitesse de la lumière, la plus vieille étoile de l'univers découverte

Et aussi : en 2013, Chinois et Américains ont rendez-vous avec la Lune.

 

 

Que voit vraiment Han Solo lorsqu'il passe en vitesse lumière ?

Que verrait un astronaute effectuant un voyage interstellaire à une vitesse proche de celle de la lumière ? Des physiciens se sont déjà penchés sur la question et, cette fois, des étudiants en master de l’université de Leicester renouvellent le genre en réexaminant la célèbre scène de Star Wars où le Millenium Falcon plonge dans l’hyperespace. Leurs conclusions diffèrent de celles de George Lucas.

Tous les fans de Star Wars se souviennent bien de la fameuse scène de l’épisode IV, Un nouvel espoir, lorsque Han Solo décide de passer en « vitesse lumière » pour fuir les forces de l’Empire. Les étoiles fixes dans la Voie lactée vues à travers le cockpit du Millenium Falcon se mettent à défiler en traçant des segments de rayons lumineux. Des étudiants en physique du master de l’University of Leicester ont cherché à déterminer si les effets spéciaux du film de George Lucas respectaient bien les lois de la théorie d’Einstein, en se basant sur la théorie de la relativité restreinte.

Lire la suite sur Futura Sciences

Record : une étoile âgée d'au moins 13,3 milliards d'années

Ce n’est pas la première fois que l’on découvre une étoile de la Voie lactée dont l’âge est presque celui de l’univers observable. Mais selon de récentes déclarations au cours du colloque de l’American Astronomical Society, l’âge de l’étoile HD 140283 est celui le mieux déterminé. Il serait de plus de 13,2 milliards d’années, ce qui fait de cette étoile la plus vieille connue à ce jour.

Le catalogue Henry Draper (HD) regroupe les données sur plus de 225.000 étoiles dont les magnitudes apparentes vont jusqu’à 9 environ. Établi au début du XXe siècle par l’astronome Annie Jump Cannon et ses collègues du Harvard College Observatory, il couvre presque toute la voûte céleste. Il tire son nom d’un pionnier de l'astrophotographie, qui fut le premier à obtenir un spectre stellaire, celui de Véga, en 1872.

Lire la suite sur Futura Sciences

En 2013, Américains et Chinois ont rendez-vous avec la Lune

Même si l’envoi de nouveaux astronautes sur la Lune semble avoir été reporté, notre satellite garde tout son attrait. Cette année, les agences spatiales chinoise et américaine prévoient en effet d’y lancer chacune une mission.

La proximité de la Lune par rapport à notre Planète la rend incontournable dans les étapes de l’exploration humaine du Système solaire. Malgré l’absence de plans concrets relatifs à de prochains envois d’Hommes sur la Lune (Chinois et Américains les envisagent aux alentours de 2020), elle reste une destination scientifique de choix et un tremplin pour l’exploration du Système solaire.

Lire la suite sur Futura Sciences

 

 

2013 : les découvertes qui nous attendent (peut-être)

Nul ne peut prédire les surprises de la science et de la technique dont nous gratifiera l'année qui débute. Mais on peut tenter d'esquisser quelques pronostics. Voici, avec des « sans doute » et des « peut-être », les nouvelles que vous devriez lire, un jour prochain, dans Futura-Sciences. Au risque de se tromper...

  • Avec Ladee et Chang’e 3, la Lune à l’honneur

2013 sera l'année de la Lune. En août, Nasa enverra vers notre satellite l’orbiteur Ladee (Lunar Atmosphere and Dust Environment Explorer). Et de l’empire du Milieu devrait partir fin 2013 Chang’e 3 en direction de la Lune où cette sonde, troisième du nom après les orbiteurs Chang’e 1 et Chang’e 2, devrait se poser et même libérer un rover, Zhonghua. Après les États-Unis et la Russie, la Chine sera donc la troisième nation à explorer la surface de notre satellite.

Lire la suite sur Futura Sciences

Hess Deep : découvrez les premiers forages de la croûte océanique

À bord du JOIDES Resolution, l’enseignant en biologie et géologie Jean-Luc Berenguer partage avec Futura-Sciences le premier forage de la croûte océanique inférieure au rift du Hess Deep. Vivez en images ce défi technologique et humain qui se déroule en plein Pacifique.

Dans le dernier épisode du suivi de la mission Hess Deep Plutonic Crust, les scientifiques avaient testé différents puits pilotes. L’objectif était de trouver, au rift du Hess Deep, une surface suffisamment stable et plane pour que le cône de forage soit bien fixé. L’équipe avait statué : ce serait le puits U1415 J qui serait le point de forage. Son entrée a donc été équipée d’un cône : on le positionne le long des tiges de forage et on le laisse glisser sous son propre poids, jusqu’au puits couvert de sédiments.

 

Lire la suite sur Futura Sciences

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article