Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Comment décontaminer la zone de Fukushima? Différents sites s’intéressent aux solutions possibles et celles-ci pourraient passer par des éléments assez inattendus: des champignons ou du… cannabis.

Quelle que soit l'issue de cette catastrophe nucléaire, la zone qui entoure la centrale japonaise va longtemps en porter les stigmates. Les éléments libérés dans l'air et dans l'eau vont contaminer les sols alentours de façon durable. Le césium 137 par exemple, a une durée de demi-vie de 30 ans.

Des champignons atomiques

Le site Permaculture rapporte une proposition originale de Paul Stamets, connu pour ses travaux sur les champignons. Ce mycologue propose, pour nettoyer la zone, d'utiliser des champignons capables d'absorber et de stocker des éléments radioactifs comme le césium 137.

Le principe serait le suivant: après avoir évacué et fermé la zone contaminée, il faudrait la couvrir de 30 à 60cm de bois contaminé débité, déposé comme substrat aux champignons. Il ne resterait qu'à les récolter régulièrement, et les éliminer suivant des protocoles propres aux hazmat radioactifs (c’est-à-dire des produits dangereux).

La «fukushima weed»

Une autre technique de décontamination, reprise par les Inrocks, utiliserait quant à elle le cannabis. La plante aurait montré une certaine efficacité dans cette tâche de nettoyage des sols, lors d'expériences réalisées sur les sols de Tchernobyl.

Comme le tournesol, le plant de cannabis est une plante annuelle à croissance rapide et aux racines très filtrantes, autant de qualités dans la fixation des éléments radioactifs. La purification des sols atteindrait 80%.

L'hypothèse d'un traitement des sols à l'aide des plantes, la phytoremédiation, est prise très au sérieux par différents spécialistes. Bernard Bigot, administrateur général du Commissariat à l’énergie atomique l’expliquait dès le 7 avril au journaliste scientifique du Midi Libre, Philippe Dagneaux:

«En ce qui concerne la décontamination des sols (…) nous avons suggéré la phytoremédiation, avec des plantes qui accumulent les radionucléides dans leurs racines puis sont traitées pour élimination.»

Photo: Le toit endommagé du réacteur n°1 de la centrale de Fukushima Daiichi, le 12 mars 2011. REUTERS/TEPCO/Handout

Slate 

Commenter cet article