Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://techno-science.net/illustration/Autres/Biologie/systeme-nerveux.jpg

Le corps humain est parcouru par une multitude de nerfs, aussi bien moteurs que sensitifs. Au cours d'une opération chirurgicale, certains nerfs peu visibles ou enfouis dans des tissus peuvent être endommagés par accident, provoquant parfois des séquelles importantes, telles que des douleurs chroniques, un engourdissement, voire la paralysie complète d'un membre situé en aval du nerf endommagé. Les nerfs moteurs (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par exemple) en une énergie mécanique ou travail.[réf. nécessaire]) peuvent être repérés visuellement, du fait de leur apparence caractéristique, ou détectés par électromyographie (1). Cette technique ne fonctionne cependant pas avec les nerfs sensitifs, qui courent dès lors un plus grand risque d'endommagement. Le risque de section accidentelle est d'autant plus présent que, même si la position anatomique des nerfs est bien connue, il est fréquent, dans le cas de tumeurs ou de traumatismes, que la position réelle des nerfs chez le patient soit différente.


Schéma du système nerveux humain


Pour remédier à ce problème, une équipe de chercheurs du Moores Cancer Center de l'Université de Californie, San Diego (UCSD) a mis au point un protocole permettant de marquer les nerfs périphériques à l'aide d'un peptide fluorescent. Au cours de tests chez la souris, ils ont injecté le composé directement dans la circulation sanguine des animaux. Le peptide se lie spécifiquement aux nerfs périphériques, permettant ainsi d'augmenter de façon spectaculaire le contraste entre tissus nerveux et non-nerveux dans l'ensemble de l'organisme (2). Deux heures sont nécessaires pour que le composé illumine l'ensemble des nerfs périphériques, et cette illumination perdure de façon efficace de 6 à 8 heures (L'heure est une unité de mesure  :). Au cours de leurs expériences, les chercheurs n'ont observé aucun effet du composé sur l'activité nerveuse et aucune altération dans le comportement des animaux. Une autre propriété intéressante du composé est sa capacité à illuminer même des nerfs endommagés, voire sectionnés, tant qu'ils sont toujours irrigués par le système circulatoire. Cette méthode pourrait donc s'avérer être un outil intéressant dans la chirurgie réparatrice des nerfs.

Des résultats similaires ayant été observés dans des tissus humains in vitro, la prochaine étape consistera donc à tester le protocole dans des patients humains. Aucune date n'a encore été avancée pour le début de ces essais cliniques. Cette étude se base sur les travaux précédemment publiés par l'équipe, menée par Roger Tsien, qui a reçu le Prix Nobel de chimie en 2008 pour ses travaux sur la protéine fluorescente verte. Les études précédentes avaient porté sur l'illumination sélective de cellules cancéreuses chez la souris, permettant leur excision plus efficace par chirurgie.

Aux Etats-Unis, plus de 53 millions de personnes subissent une opération chirurgicale chaque année et plus de 20 millions de ces opérations requièrent une anesthésie générale, ce qui est souvent le signe d'une opération lourde. D'après le NIH, 30 millions de personnes souffrent de douleurs aigües post-opératoires, qui peuvent être dues notamment à l'endommagement de certains nerfs durant la procédure chirurgicale. Ces douleurs post-opératoires sont la principale cause de réadmission en hôpital après opération et leur traitement représente un marché estimé à 100 milliards de dollars.

Notes:

(1) Cette technique médicale permet d'étudier l'activité des muscles et des nerfs, en observant leur réponse à la présence d'un courant électrique.

(2) Le gain de contraste peut s'élever jusqu'à un facteur 10.

 

site: Techno-Science.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article