Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://img0.mxstatic.com/oiseau/la-femelle-merion-transmet-un-mot-de-passe-a-ses-petits-pour-eliminer-les-intrus_55408_w460.jpg

 

Publiée dans la revue Current Biology, une étude expérimentale australienne montre que chez le mérion superbe, un oiseau d’Australie, la transmission intergénérationnelle d’un ‘mot de passe’ propre à l’espèce permet à la mère de distinguer ses propres oisillons de ceux des coucous, éternels ‘squatteurs’.


En Australie comme ailleurs, le coucou – en l’occurrence l’espèce dite de Horsfield (Chalcites basalis) – a la fâcheuse habitude de déposer ses œufs dans le nid d’autrui pour les faire couver puis faire nourrir ‘à l’œil’ ses oisillons. Ici, le parent adoptif involontaire est l’oiseau appelé mérion superbe (Malurus cyaneus). Dans 60% des cas, celui-ci se ainsi laisse abuser et se met à nourrir le jeune coucou après en avoir couvé l’œuf au détriment de sa propre progéniture, puisque l’oisillon squatteur s’empresse de précipiter hors du nid les œufs du mérion, plus longs à éclore.

 

Cependant, dans 40% des cas, la mère détecte la supercherie et abandonne à son sort le coucou nouveau-né. Comment ? Le mérion a en fait (en partie) trouvé une parade. Celle-ci consiste en un véritable ‘mot de passe’ : une vocalisation particulière que Maman mérion répète à ses œufs – dont celui du coucou – durant les 5 jours de couvaison. À l’éclosion, les bébés mérions imitent cet élément sonore complexe – transmis et non inné – propre à l’espèce.

 

Mais le jeune coucou, lui, n’a pas eu le temps d’assimiler la leçon... et pour cause l’œuf des coucous éclot au bout de 2 jours seulement. C’est en plaçant des micros près de nids de mérion superbe que Sonia Kleindorfer, de la Flinders University (Australie), a pu découvrir ce phénomène, et le confirmer par des tests. Toutefois, la technique n'est pas sans faille. Placés dans le nid de mérions, des œufs d’autres espèces à incubation longue ont donné des oisillons qui, eux, réussissaient à produire le ‘mot de passe’ aussi bien que les poussins du mérion.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article