Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://l2.yimg.com/bt/api/res/1.2/Q3lZNhFs0JyMlf9w2mcrgg--/YXBwaWQ9eW5ld3M7Zmk9aW5zZXQ7aD0zNDA7cT04NTt3PTUxMg--/http://media.zenfs.com/fr_FR/News/20minutes/Et_maintenant__vous_pouvez_payer...-76963c4cb2d54623f0e9b64611ae759b

 

 

TECHNOLOGIE - A Villeneuve d'Ascq (Nord), des clients peuvent payer depuis quelques jours leurs achats via une technique inédite...

L'inspecteur Gadget n'a qu'à bien se tenir. Depuis quelques jours, des clients peuvent payer leurs achats en passant le doigt sur un détecteur en caisse grâce à une technologie unique en France. L'application sera testée jusqu'en mars par 1.500 personnes à Villeneuve d'Ascq ainsi qu'à Angoulême (Charente), où l'expérimentation débutera fin novembre.

 

Elle nécessite de posséder une carte bancaire et un étui spécial, mais aussi que le client ait saisi, en agence bancaire, son empreinte digitale. Au moment de régler ses achats, le consommateur pose son doigt sur le lecteur biométrique. Le lecteur lit l'empreinte, puis envoie un signal à la carte, que l'utilisateur doit avoir sur lui (sac, manteau, pantalon) pour la comparer avec celle enregistrée sur la carte.

 

 

 

Si les deux empreintes sont identiques, un signal est renvoyé au terminal, qui valide la transaction. Le test de Villeneuve d'Ascq est réalisé avec des appareils qui lisent le réseau veineux du doigt et celui d'Angoulême avec des machines qui vérifient l'empreinte digitale. La formule d'identification est présentée comme unique au monde en ce qu'elle ne passe pas par la vérification de l'empreinte sur un fichier que détiendrait la banque, ce qui poserait des problèmes de confidentialité.

 

La transaction est validée par comparaison d'empreintes et ne nécessite donc aucun stockage de données, hormis sur la carte du consommateur, contrairement à ce qui se pratique dans les pays où la reconnaissance digitale est déjà proposée (Etats-Unis, Japon). L'utilisation du paiement avec le doigt ne prévoit pas de plafond spécifique de dépense.

 

Bientôt les distributeurs de billets

«On a déjà des clients qui payent des achats de plusieurs centaines d'euros», explique André Delaforge, responsable marketing de (...) Lire la suite sur 20minutes.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article