Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2011-07/2011-07-21/article_lionne.jpg

 

Selon une étude scientifique, l'enfermement est la dernière solution pour sauver les lions...

Les lions en liberté, bientôt un vieux souvenir? D’après des scientifiques américains, les réserves fermées seraient le seul moyen de sauver les derniers lions d’Afrique. Cette étude risque de ne pas réjouir les associations de protection des animaux et de l’environnement, qui préfèrent tabler sur la conservation des espèces dans leur milieu naturel.

Mais en Afrique, trois quarts des habitats des lions ont été accaparés par les hommes, causant la disparition d’environ la moitié de la population de félins, rapporte le magazine Science. Car les lions ne sont pas de bons voisins: ils attaquent les vaches et dévorent les animaux élevés par les hommes. Et se font bien souvent tués pour cela.

«Beaucoup d’écologistes sont de grands romantiques»

L’analyse réalisée par l’université du Minnesota montre que les réserves dans lesquelles les lions sont enfermés ont permis à la population féline de croître beaucoup plus que dans les réserves ouvertes, qui en plus reviennent très cher. Il faut des brigades anti-braconnage et des gardes qui coûtent plus cher que l’installation de barrières. Une réserve fermée pourrait ainsi atteindre 80% de sa densité maximale pour 25% moins cher qu’une réserve ouverte, alors que les réserves ouvertes pourraient perdre 10% de leur population d’ici 20 à 40 ans.

Fini les espoirs de sauver la savane pour sauver les lions? «Beaucoup d’écologistes sont de grands romantiques», pense Craig Packer, qui a mené l’étude. «Mais les jours de la savane africaine vierge de l’emprise humaine sont finis. Il faut clôturer plus de parcs.» Seule chose sur laquelle s’accordent les scientifiques et les amoureux de la nature: il va falloir mobiliser de plus en plus de moyens financiers pour sauver les espèces en danger.

 

Audrey Chauvet

Commenter cet article