Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://blog.slate.fr/bien-manger/files/2011/06/masqueraisins.jpg

 

Ça fait dix ans que le slogan «Au moins 5 fruits et légumes par jour» est apparu, lancé par la première campagne de pub du Plan National Nutrition Santé (PNNS). Depuis 2001, il est rentré dans nos têtes et tient fièrement sa place dans nos blagues un peu pourries, au côté des antibiotiques pas automatiques et du capitaine de soirée.

Mais pourquoi faudrait-il manger au moins 5 fruits et légumes par jour? *

Contre le cancer, les maladies cardio-vasculaires, et la fin du monde

La recommandation vient de plusieurs études qui ont montré que consommer des fruits et des légumes «permet de réduire le risque de certaines pathologies comme le cancer et les maladies cardio-vasculaires», explique le Professeur Serge Hercberg, directeur de recherche à l’Inserm qui a participé à la mise en place du PNNS.

D’après ces études (dont celle-ci, réalisée par l’OMS), c’est à partir de 400g de fruits et légumes au quotidien qu’on prévient  les maladies citées ci-dessus, le diabète, l’obésité, et les déficiences en nutriments.

«A 400g, le bénéfice est particulièrement net, précise Serge Hercberg, mais de manière générale plus on augmente la consommation de fruits et légumes et plus le bénéfice pour la santé augmente.»

Le PNNS a fixé certains objectifs nutritionnels, explique Florence Rossi diététicienne et porte-parole de l’Association Française des Diététiciens Nutritionnistes, comme diminuer les carences en vitamines, minéraux, fibres, rééquilibrer l’équilibre entre les glucides et les graisses, et augmenter la consommation de calcium.

Puis «ces objectifs ont été traduits en repères de consommation: en pratique, pour répondre aux objectifs nutritionnels, nous devons conseiller à l’ensemble de la population française d’augmenter sa quantité de fruits et légumes consommée».

5 fruits et légumes ou 400g?

Les 5 portions de fruits et légumes viennent donc de 5×80 à 100g=400 à 500g. «C’est particulièrement frappant au-dessus de 5 fruits et légumes, mais dans tous les cas on bénéficie d’en manger plus», souligne le professeur Hercberg.

Mais l’Etat a décidé de communiquer auprès du grand public avec cette idée de 5 fruits et légumes plutôt qu’avec les 400g, «parce qu’on n’a pas envie que la population s’embête à avoir la balance sur sa table pour se demander si c’est bien ou pas bien», explique le Docteur Michel Chauliac, responsable actuel du PNNS.

Pour la diététicienne Séverine Sénéchal, membre de l’Association de Diététique et Nutrition Critique, il serait au contraire «plus facile d’avoir un repère de 400g» que les 5 fruits et légumes: puisque les fruits et légumes que nous mangeons dans la vraie vie ne font pas tous 80g, on peut manger moins de fruits et légumes et pourtant atteindre ces 400g.

Exemple:

«Si ce midi j’ai mangé des carottes râpées (environ 100g – avant de les assaisonner), dans l’après-midi j’ai mangé une pomme (150g – après avoir ôté le trognon), et ce soir j’ai mangé de la ratatouille (150g environ), j’ai mangé 400g de fruits et légumes dans la journée… même si je n’ai pas mangé “5″ fruits & légumes.»

D’autant que d’après elle, les gens qui mangent souvent des fruits et légumes ne sont pas ceux qui s’embêtent à compter combien ils en ont mangé dans la journée:

«Ils en mangent parce qu’ils ont trouvé des façons de les préparer qui leur donnent envie d’en manger régulièrement!»

Au final, peu importe qu’on en mange au moins 400g ou au moins 5, au final ce qui compte, c’est d’en manger.

Mais si on en mange 4?

Séverine Sénéchal est partagée quant au slogan: d’un côté «c’est important de donner envie» aux consommateurs, mais «d’avoir des repères comme ça, assez stricts et précis, je trouve ça pénible et moralisateur».

«Ce qui me dérange le plus en fait, c’est qu’on nous donne l’impression qu’il faudrait manger tous les jours pareil, telle quantité de ceci ou de cela», alors qu’on a tous des alimentations différentes.

D’autant que «l’équilibre alimentaire se fait sur plus d’une semaine», rappelle Florence Rossi. Pour les deux professionnelles de la nutrition, l’essentiel n’est pas de se focaliser sur sa balance ou sa calculette mais de chercher à manger des légumes ou des fruits à chaque repas.

Rassurons-nous de suite, on ne va pas mourir si on mange 4 fruits et légumes au lieu de 5. «Plus on est proche des repères, plus on va vers eux, et meilleurs seront les éléments protecteurs pour la santé», explique Michel Chauliac. «Ce n’est pas parce que je vais en consommer individuellement quatre que je vais être malade, mais je renforce ma protection» en en mangeant au moins 5.

Le chiffre ne sort pas de nulle part, mais le slogan fonctionne à deux niveaux, précise le professeur Hercberg qui veut que «les gens retiennent “au moins 5 fruits et légumes par jour”, et que globalement ils augmentent leur consommation».

Donc si depuis ce slogan on mange déjà plus de fruits et légumes qu’avant qu’il existe (et qu’en plus on garde en tête que 5 ou davantage, ça serait vraiment bien), c’est déjà une victoire.

 

Prochain épisode: manger au moins 5 fruits et légumes par jour, d’accord, mais comment?

Cécile Dehesdin

* Non, à Quand l’appétit Va… on n’a pas peur de faire de la contre-programmation avec un billet sur les fruits et légumes en pleine terreur cruditéenne (en vrai je l’avais écrit avant qu’on se mette à regarder d’un air suspicieux nos concombres, tomates et autres crudités). Retourner à l’article

 

Photo: Après le concombre masqué, super raisins ! (en vrai: Un défilé de la nutrition / jg world via Flickr CC License By)

Commenter cet article