Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

Mercredi, l'Agence américaine des médicaments (FDA) devait entendre un comité d'experts sur une question délicate : une technique qui permettrait de concevoir un bébé par fécondation in vitro en utilisant les cellules et donc l'ADN de 3 parents.

 

 

 

La fécondation in vitro (FIV) est une technique de procréation médicalement assistée (PMA) consistant à mettre en contact en laboratoire l'ovocyte d'une femme avec le spermatozoïde d'un homme. Ce procédé permet de concevoir des embryons lorsque les parents rencontrent des difficultés à procréer "naturellement". Mise au point dans les années 1970, la FIV est aujourd'hui couramment utilisée.

 

Son succès a ainsi ouvert de nouvelles voies en matière de procréation. Mais certaines sont pour le moins controversées : c'est le cas de la "fécondation in vitro avec trois parents". Comme son nom l'indique, cette technique consiste à concevoir un embryon en utilisant les cellules (et l'ADN) de trois parents au lieu de deux. L'objectif ? Créer un embryon qui ne présenterait par certains défauts génétiques responsables de maladies héréditaires incurables.

Il s'agirait surtout de défauts génétiques présents dans l'ADN des mitochondries (le générateur d'énergie des cellules) qui est uniquement transmis par la mère. Ces défauts peuvent être responsables de problèmes cardiaques graves, de dysfonctionnement au niveau du foie, de troubles neurologiques, de cécité ou encore de dystrophie musculaire.

 

Une mère, un père, une donneuse

Chaque année, de 1.000 à 4.000 enfants qui naissent aux Etats-Unis développent une maladie mitochondriale, pour la plupart avant l'âge de dix ans. Des maladies aux conséquences lourdes. La FIV avec trois parents permettrait alors à un couple dont la femme est porteuse d'un tel défaut génétique de contourner le risque que leur futur enfant soit atteint d'une maladie, ceci en remplaçant la mitochondrie "défectueuse" par (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article