Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Selon une enquête menée par des chercheurs de l'Inserm, les parents français ne savent pas gérer correctement la fièvre de leurs enfants. C'est ce qui expliquerait des consultations médicales souvent inutiles alors que quelques règles simples existent.

 

 

La fièvre de l'enfant suscite chez de nombreux parents une grande inquiétude. Pourtant, il ne s'agit pas d'une maladie à part entière mais d'un symptôme. Plus précisément, un phénomène physiologique indiquant que le système immunitaire lutte contre un agent pathogène.

 

"Souvent, les parents sont inquiets car ils ont en tête, à tort, que plus la température monte, plus c'est grave. C'est faux", explique le Dr Saban au site Journal des femmes. Aussi, la plupart des parents ne réagissent pas de la meilleure façon lorsque leur enfant a de la fièvre, selon l'Inserm qui a mené une enquête auprès de 6.500 parents français.

"La fièvre chez l'enfant suscite parfois une peur irrationnelle qui tend à surcharger les cabinets de médecins et les urgences pédiatriques alors que des recommandations de bonne pratique ont été diffusées par des agences internationales et françaises pour gérer correctement ce symptôme", indique l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) dans un communiqué.

 

Comment réagir ?

 - Prendre correctement la température

Si votre enfant semble malade ou fatigué et qu'il a le front chaud, il a peut-être de la fièvre. Pour le savoir, il faut prendre sa température en utilisant un thermomètre électronique, de préférence à distance des repas et après 20 minutes de repos. La température peut être prise par différentes voies : rectale, buccale ou axillaire (sous l'aisselle). La voie rectale est la plus précise et ne nécessite pas de majoration de température.

 

En revanche, si vous utilisez la voie buccale, le résultat doit être majoré de 0,5°C pour les enfants de plus de 5 ans. La voie axillaire est la moins précise mais (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

Commenter cet article