Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://img2.topsante.com/var/topsante/storage/images/maman-et-enfant/grossesse/la-grossesse-au-quotidien/grossesse-comment-se-developpent-les-sens-de-mon-bebe-56853/494237-1-fre-FR/Grossesse-comment-se-developpent-les-sens-de-mon-bebe_exact441x300.jpg

 

Dans le ventre de sa maman, le bébé développe ses facultés sensorielles très tôt. Il ressent, à sa façon, ce qu'il se passe dans le monde extérieur. Voici les réponses à des questions que l'on se pose souvent.

Quel est son premier sens opérationnel ?

Un des premiers sens à se développer est la sensibilité cutanée. Ainsi, les récepteurs tactiles sont présents autour de la bouche vers 11 semaines et sur l'ensemble de la surface cutanée et des muqueuses à 20 semaines. Mais la présence de ces récepteurs locaux ne veut pas dire pour autant que le fœtus a déjà le sens du tact. Encore faut-il que l'information puisse être transmise au cerveau. C'est ce que nous explique Carolyn Granier-Deferre, chercheuse à l'université Paris-Descartes. « Les récepteurs anatomiques du tact sont très précoces en effet mais leur véritable fonctionnement ne débute que vers 6 mois, ce qui n'est pas très différent des autres sens. »

Autre exemple avec le goût. Les premiers bourgeons gustatifs apparaissent certes au cours du 1er trimestre, entre les 9e et 12e semaines selon les auteurs. Mais le sens du goût ne commence à se développer que vers 6 mois. Les compétences sensorielles du fœtus se perfectionnent d'ailleurs jusqu'aux derniers jours de la grossesse et même après la naissance. Prenons l'audition : elle continue à s'améliorer jusqu'aux 2 ans de l'enfant environ.

Ainsi, ce n'est qu'au cours du deuxième trimestre que la plupart des récepteurs se forment et que s'établissent les différentes connexions au niveau du cerveau. Au dernier trimestre, les sens vont cette fois pouvoir pleinement se développer.

Ressent-il la douleur ?

On a longtemps pensé que le fœtus ne pouvait ni entendre ni sentir. On a également longtemps supposé qu'il ne pouvait pas avoir mal. Or le réflexe nociceptif, qui consiste par exemple à retirer sa main quand on touche une flamme, est présent chez le prématuré de 24 semaines d'aménorrhée. On a même constaté lors des amniocentèses réalisées à partir de 15 semaines d'aménorrhée un mouvement de retrait quand le fœtus était touché par l'aiguille. Certes, « le fœtus n'expérimente probablement pas la douleur comme un être humain conscient pouvant l'exprimer », considère le Pr Véronique Houfflin‑Debarge, gynécologue obstétricienne (in « Spirale » n° 59, éd. Érès, septembre 2010). « Mais il réagit aux stimulations nociceptives. » Il va produire notamment davantage d'hormones comme la noradrénaline quand on le ponctionne au niveau de l'abdomen dans le cadre d'une transfusion in utero. Aujourd'hui, Véronique Houfflin-Debarge estime nécessaire de poursuivre les recherches sur la douleur fœtale afin de mieux la soulager, par exemple au cours des interventions de médecine fœtale.

Le fœtus goûte-t-il ce que mange sa mère ?

Oui, le liquide amniotique renferme des odeurs et des arômes qui évoluent au gré des repas de la maman. « Il me semble évident que des femmes d'Amérique du Sud qui consomment éventuellement du piment et des femmes provençales ou françaises qui utilisent plus d'ail vont donner des notes olfactives différentes à leur fœtus », commente d'ailleurs Benoist Schall, directeur de recherche au CNRS, dans le documentaire « Le Monde selon bébé » (réalisation de Bernard George, diffusion sur Arte en 2005). Le fœtus va d'ailleurs mémoriser ces notes olfactives auxquelles il aura été exposé au cours de sa vie in utero. Cette exposition dans le ventre de la maman à différentes saveurs influencera ses préférences alimentaires après la naissance.

Peut-il sentir ?

Baignant dans le liquide amniotique, on peut se demander si le fœtus est en capacité de sentir des odeurs. Eh bien oui, l'olfaction se développe effectivement dès la vie intra‑utérine. « Il a été démontré que les capacités olfactives étaient présentes chez des prématurés âgés de seulement 6 mois, rapporte Jean‑Marie Delassus dans "Le Génie du fœtus" (éd. Dunod). En fait, les molécules olfactives entrent en solution et sont véhiculées par le milieu aqueux, ce qui favoriserait l'olfaction puisque cette sensibilité serait plus vive en milieu liquide qu'en milieu aérien. »

Est-il sensible à la lumière ?

Oui, des chercheurs ont enregistré des accélérations du rythme cardiaque chez le fœtus quand on allumait une lampe de forte puissance devant le ventre

de la maman.

Un sixième sens

Outre le tact, le goût, l'odorat, la vision et l'audition, le fœtus est doué d'un sixième sens : l'équilibration. À la base de ce sens de l'équilibre, on trouve le système vestibulaire situé dans l'oreille interne. Il est notamment constitué de canaux qui contiennent un liquide. Les déplacements de ce liquide sont transmis à de minuscules cils qui vont à leur tour stimuler des cellules nerveuses. C'est ainsi que le système vestibulaire nous aide à nous maintenir en équilibre et à stabiliser notre vision. À la naissance, la maturation de l'appareil vestibulaire est déjà bien avancée. Le sens de l'équilibre du fœtus s'est développé sous l'effet de la pesanteur, de ses propres mouvements et de ceux de sa maman. Il va poursuivre sa maturation bien après la naissance.

Commenter cet article