Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://sante.lefigaro.fr/sites/default/files/styles/450_x_/public/media/field_media_image/9a1c538c-ce02-11e2-8cc0-250b4c65501d-493x328.jpg?itok=vQPojZ1l

 

Trois femmes sur mille éprouveraient du plaisir physique, voire un orgasme, en donnant naissance, selon une étude française.

L'information devrait étonner l'immense majorité des femmes, pour qui accoucher est plutôt associé à la souffrance. Mais selon une étude parue dans la revue Sexologie, trois femmes sur mille éprouveraient du plaisir physique, voire un orgasme, en donnant naissance, selon des sages-femmes.

 

Jusqu'à maintenant les témoignages étaient plutôt anecdotiques mais le psychologue clinicien et sexologue Thierry Postel a voulu en avoir le cœur net. Il a adressé un questionnaire à 956 sages-femmes. Une sur dix lui a répondu. Les résultats viennent d'être publiés dans l'édition avancée en ligne de Sexologie et «l'analyse des grilles de réponse a permis d'établir que la jouissance obstétricale existe», écrit Thierry Postel. «Elle a été déclarée par la mère dans plus de 0,3% des accouchements», précise-t-il. Du moins sur l'échantillon de l'étude qui «portait sur près de 206.000 accouchements assistés ou suivis» puisque «dans 868 cas, la sage-femme a pensé avec certitude être témoin d'une manifestation de plaisir physique durant l'accouchement, sans en avoir la confirmation par une confidence de la parturiente».

 

Un plaisir difficile à avouer lorsqu'il se produit? De fait, seulement neuf femmes ont affirmé avoir vécu l'expérience et accepté de témoigner une fois contactées par les sages-femmes. Pourtant l'enquête a montré que «85% des sages-femmes interrogées savaient qu'il était possible de jouir en accouchant», précise l'auteur, qui ajoute que 99% des cas ont été décelés par 50% d'entre elles, et que 31% n'ont jamais relevé de cas. Quand il était constaté par les sages-femmes, le plaisir physique semblait particulièrement intense puisque coté 7,8 sur une échelle allant jusque 10. À noter que «parmi les neuf témoignages directs de mères, le plaisir obstétrical a été ressenti sept fois sans anesthésie péridurale et deux fois sous anesthésie péridurale «inefficace»». Les témoins attribuaient en moyenne une note de 8,3 sur 10 au plaisir physique ressenti.

 

Pour Thierry Postel, le fait que les deux tiers des accouchements de l'étude aient eu lieu sous péridurale laisse supposer une prévalence de la jouissance obstétricale pour les accouchements sans anesthésie, bien supérieure aux 3 sur 1000 observés. Il insiste cependant pour que ce phénomène occasionnel et imprévisible ne conduise pas à «sexualiser l'accouchement».

 

Commenter cet article