Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.slate.fr/sites/default/files/imagecache/node-story/circoncisition.jpg

 

La circoncision, réalisée le plus souvent pour des motifs religieux ou culturels, concerne environ 30% de la population masculine dans le monde. Loin d’être uniquement rituelle, cette pratique a aussi des indications médicales strictes, à titre préventif notamment.

Récemment, la décision d’un tribunal allemand d’assimiler la circoncision chez l’enfant à une blessure corporelle passible de condamnation a relancé le débat sur la question. Dans la religion juive, elle est généralement pratiquée au huitième jour qui suit la naissance, par un rabbin formé ou par un médecin. Très répandu dans la religion musulmane, ce rituel l’est également dans d’anciennes communautés chrétiennes, subsahariennes notamment. Au total, la prévalence des hommes circoncis, chez les plus de 15 ans, est d’environ 30% dans le monde, dont plus des deux tiers pour des raisons religieuses.

En marge du caractère religieux de la circoncision, quelles sont ses indications médicales? Pour y répondre, il faut d’abord savoir qu’elle consiste en l’ablation partielle ou totale du prépuce. Ce repli mobile de peau et de muqueuse recouvre le gland lorsque le pénis est au repos. Cette zone est réputée fragile et vulnérable aux microtraumatismes et aux agents pathogènes qui franchissent la barrière cutanée, d’où la nécessité, parfois, d’intervenir chirurgicalement.

En effet, l’environnement chaud et humide de la zone située sous le prépuce peut favoriser la croissance de micro-organismes. L’accumulation de muqueuse peut mener à des irritations chroniques, voire à des surinfections ainsi qu’à d’autres pathologies. Pour éviter ce type de problèmes, il vaut mieux observer une hygiène régulière en tirant le prépuce en arrière et en rinçant la muqueuse à l’eau douce. L’utilisation de savons trop agressifs est déconseillée.

L’ablation chirurgicale peut être indiquée pour des raisons anatomiques ou infectieuses. Par exemple, lorsque le prépuce ne peut être rétracté en arrière du gland. Physiologique dans la petite enfance, ce phénomène appelé «phimosis» peut devenir problématique et donc nécessiter une intervention. C’est d’ailleurs l’indication chirurgicale la plus fréquente de la circoncision. D’autres anomalies mécaniques, comme l’impossibilité de calotter le gland, potentiellement associée à des malformations vasculaires, justifient également le recours à la chirurgie. Pour d’autres pathologies (balanité xéro-oblitérante, phimosis associés à des précancéroses par exemple), seule la circoncision permet d’y remédier.

Un enjeu sanitaire

La circoncision peut également être réalisée pour prévenir les infections urinaires et les infections sexuellement transmissibles, telles que le VIH, le HPV ou la syphilis. Son utilité, pour ces indications, a clairement été établie. Elle limite également les risques de développer un cancer du gland.

En ce sens, la circoncision néonatale à but prophylactique pourrait participer à la limitation de l’extension des maladies sexuellement transmissibles. Un enjeu particulièrement intéressant dans un monde où le brassage des populations et la coexistence des cultures sont de plus en plus importants. Les femmes, elles-mêmes, pourraient en profiter. La contamination par des agents pathogènes comme le papillomavirus (HPV), l’herpès ou le trichomonas pourrait en effet être réduite par ce biais.

Malgré ces avantages médicaux, la circoncision néonatale n’est recommandée dans nos pays que chez les enfants victimes de malformations urologiques, plus susceptibles de développer des infections urinaires. Or, les défenseurs de la circoncision prophylactique estiment que cette intervention, certes courante mais jamais sans risques, est moins dangereuse dans la petite enfance qu’à un âge plus avancé. Car, il ne faut pas l’oublier, elle peut conduire à des complications gravissimes, en particulier si elle est pratiquée dans des conditions inadéquates. La décision, au final, revient aux parents, garants de l’intégrité physique de leur enfant.

Si la question de la circoncision systématique n’est pas tranchée, celle de son lien avec le plaisir sexuel ne l’est pas davantage. Le plus souvent, les avantages qu’on lui attribue repose sur des anecdotes et des postulats individuels. Les études scientifiques, de leur côté, n’ont pour l’heure montré aucune différence significative quant à la satisfaction sexuelle au sein des couples, qui comparent des hommes circoncis à ceux qui ne le sont pas.

 

Elodie Lavigne


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pepere 10/06/2017 10:03

j'ai été circoncis a 12/13 ans de manière préventive , pour la propreté comme on pouvait le dire a l'époque... ma mère voulait bien faire pour son fils
je n'en garde pas un souvenir horrible et je n’étais pas le seul a y avoir eu droit parmi mes copains.
trente plus tard, je me dis que ce n'est pas un drame d’être circoncis et ma femme trouve cela très bien !
alors faut il en faire un débat polémique ?

Pierre 14/07/2013 12:18


"La décision, au final, revient aux parents, garants de l’intégrité physique de leur enfant."


Ah bon ?! Ce ne serait pas plutôt à l'enfant de décider à quoi devrait ressembler son pénis ? Après tout il s'agit de son corps à lui. Et contrairement à ce que prétend cet article, il n'y a
aucune preuve que la circoncision soit plus compliqué à l'âge adulte.


Les prétendus bénéfices de la circoncision (qui sont problement un tissu de mensonges)n'apparaissent qu'à l'âge adulte donc un enfant ne court aucun risque (syphllis, sida etc)