Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.techyou.fr/wp-content/uploads/2011/12/techyou-femto-332x250.jpg

 

Connecter un boitier sur sa box internet pour obtenir un réseau 3G optimal chez soi, où il est parfois plus difficile qu’ailleurs de capter, c’est le concept de la FemtoCell. Découverte.

 

 L’histoire est toujours la même, on capte toujours bien mieux dehors que dedans. Qui ne s’est jamais retrouvé à tendre le bras avec son téléphone, dans sa cuisine, pour tenter de récupérer une fichue barre réseau ? Matériaux de l’immeuble, zone saturée, couverture limitée, les causes sont nombreuses…


Devant ce récurrent problème de pénétration du réseau à l’intérieur des immeubles et maisons, le concept FemtoCell a émergé. Soit un mini-boîtier capable de servir un foyer en 3G de façon optimale.


Très populaire aux États-Unis, ou la couverture réseau s’avère catastrophique, la FemtoCell se démocratise en France, surtout à cause de notre consommation mobile, en pleine expansion et qui a besoin d’un soutien réseau plus fort encore.

 

L’ADSL au service de la 3G

 

« Mais alors, Michel, comment ça marche ? » Eh bien c’est très simple, en connectant une cellule « Femto » sur sa box internet, la mini-antenne utilise alors la bande passante du web et la convertit en mini-réseau 3G pour la maison. Une FemtoCell peut servir 4 smartphones simultanément (et jusqu’à 5 abonnés dans un même foyer), aussi bien en appel qu’en utilisation de données.


Si vos appels sont alors gérés par la connexion internet, c’est bien sur votre abonnement mobile que sont décomptés minutes de communication et mégaoctets.

 

Attention, les abonnements mobiles doivent venir du même opérateur que la cellule. Par exemple, un foyer avec des abonnements mobiles Orange ne pourrait bénéficier du réseau 3G d’un FemToCell SFR (la « Femto »). En pratique, il suffit  d’enregistrer les numéros de téléphones liés à la FemtoCell (la famille, mais aussi des amis, pourquoi pas ?) et lorsque l’un des mobiles liés approche de la cellule, il passe automatiquement sur son réseau particulier. La zone de couverture varie et peut atteindre 25 à 30 mètres. Suffisant pour un foyer moyen.

 

Quant à l’apport directe d’une telle cellule, la couverture réseau pour la voix est bien sûr optimale mais, surtout, la navigation web mobile, le téléchargement d’applications et tout ce qui à un rapport de près ou de loin à l’Internet nomade s’en retrouvent sensiblement accéléré. Côté opérateurs, la FemtoCell participe, de fait, participe au désengorgement des réseaux 3G parfois saturés et permet également de couvrir certaines zones par le biais de connexion l’ADSL.

 

C’est grave docteur ?

Première barrière, logique, à laquelle s’est confrontée la FemToCell, la question des répercutions sur la santé a sans aucun doute joué en défaveur de sa propagation. Il est vrai qu’en grossissant le trait, on s’attend à avoir une antenne-relai dans son salon, en termes d’émission d’ondes ! Sachez qu’il n’en est rien. Au rayon des émissions d’ondes, la FemToCell est mesurée, de manière globale, à environ 0,01 W/kg (la mesure d’émission/absorption, ou indice DAS), soit un niveau très inférieur, voire infime, par rapport aux niveaux préconisés par les normes européennes, qui s’élève à un maximum de 2 W/kg. Un niveau maximal qui prend en compte les enfants.

 

A titre de comparaison, un téléphone mobile se positionne souvent sur un indice DAS compris entre 0,8 W/kg et 1 W/kg. Les meilleurs smartphones atteignent 0,3 W/kg. Et avec un si faible niveau d’émission pour une couverture réseau des plus optimales, les mobiles liés n’ont plus besoin de pousser la demande de connexion. Au final, les mobiles émettent beaucoup moins que la normale et l’antenne reste à un niveau faible. De l’intérêt à tous les étages en termes de santé !

 

Pas chez tous les opérateurs

En France, SFR a ouvert le bal de la FemtoCell, sous l’appellation SFR Femto, dès 2009. Commercialisée à 199 euros, la petite boîte a surtout fleuri dans le secteur professionnel. Deux ans plus tard, le design de la Femto de l’opérateur au carré rouge change du tout au tout, histoire de s’emboîter parfaitement dans la dernière SFR Box Evolution.
En deux ans aussi, le prix n’a cessé de fondre, pour séduire le grand public, jusqu’à atteindre tout récemment 49 euros, avec une offre liée de remboursement total dès la première connexion !


La Femto est également accessible aux internautes abonnés auprès d’autres fournisseurs d’accès Internet, la seule condition étant, bien entendu, de bénéficier de forfaits mobiles SFR, quels qu’ils soient.

 

Du coté des autres opérateurs, c’est plus flou. Orange pèse encore le pour et le contre et Free, qui a prévu un emplacement spécial dans sa Revolution ne s’est toujours pas exprimé clairement sur la question.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article