Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://img.maxisciences.com/nasa/l-etude-bed-rest-study-de-la-nasa-consiste-a-observer-des-volontaires-alors-qu-ils-restent-au-lit-pendant-70-jours_62718_w460.jpg

 

L'agence spatiale américaine recrute actuellement des volontaires pour participer à une nouvelle étude visant à préparer des voyages spatiaux de longue durée. Pour cela, les volontaires devront rester au lit pendant 70 jours.


Votre lit est votre meilleur ami et vous avez de la peine à chaque fois qu'il vous faut le quitter ? Alors l'expérience "Bed-Rest Study" est peut-être pour vous. Récemment, la NASA a lancé un nouvel appel à candidatures afin d'entamer cette étude dont le principe a de quoi en séduire plus d'un. Celle-ci consiste à demander aux volontaires de rester au lit pendant 70 jours, le tout pour la coquette somme de 18.000 dollars (environ 13.000 euros).

Menée par le Johnson Space Center, cette étude est une nouvelle étape dans la préparation de vols habités de longue durée. En effet, elle vise plus concrètement à étudier les conséquences de la microgravité que pourrait subir le corps des astronautes. Cela fait longtemps déjà que les scientifiques se penchent sur ces effets, en suivant notamment de près tous les astronautes qui viennent à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

Néanmoins, les conséquences pourraient être d'autant plus importantes avec des vols de plus longue durée. C'est pourquoi la NASA multiplie les études afin d'en savoir davantage. 

 

Au lit, 24h/24 pendant 70 jours

Comme on peut l'imaginer, si rester 70 jours au lit peut en séduire certains, le véritable protocole est beaucoup moins attirant. Car les volontaires devront rester allongés 24 heures sur 24 pendant 70 jours, à l'exception de courts moments où ils subiront quelques tests. Le lit sera lui légèrement incliné (avec un angle de 6°) afin que les jambes soient un peu relevées.

Selon le Dr Roni Cromwell, scientifique qui mènera la "Bed-rest study", cette inclinaison va faire remonter les fluides organiques au niveau de la partie supérieure du corps, déclenchant des conditions cardiovasculaires similaires à celles (...)


Lire la suite sur maxisciences.com

Commenter cet article