Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Le Drongo brillant est une espèce de passereau vivant en Afrique. Redoutablement rusé, ce petit animal à plumes a la capacité de moduler sa voix pour imiter les cris d'alarmes d'autres espèces. Cette faculté originale lui permet de faire fuir ses victimes et de leur voler leur nourriture. 

 

 

 

Une récente étude menée par Tom Fowers, biologiste de l'université du Cap en Afrique du Sud, montre que le petit oiseau est capable de vocaliser plus de 51 cris différents lors de ses fausses alarmes dont 45 appartiennent à d'autres espèces. Ses différentes sonorités ont été enregistrées par des chercheurs britannique, australien et sud-africain dans la réserve de Kuruman River qui se trouve dans le désert de Kalahari, en Afrique du Sud.

Au total, ce sont plus de 847 heures d'observations sur 64 sujets de Drongos qui ont permis d'acquérir ces résultats lors de 688 tentatives de vol de nourriture de ces oiseaux chapardeurs. Le Dicrurus adsimilis ou Drongo brillant est un oiseau au plumage noir et aux yeux rouges, pouvant mesurer jusqu'à 25 centimètres. Son poids lui, ne dépasse pas les 125 grammes.

Cet animal de la famille des Dicruridae est un insectivore mais pour se nourrir, il montre un caractère très opportuniste. En effet, son incroyable don d'imitateur lui permet de dérober 23% de son alimentation nécessaire. Pour ce faire, le drongo sait être patient, d'un oeil attentif il observe sa victime, et lorsque le repas est opportun le petit oiseau fait croire qu'un prédateur approche en imitant le cri d'alerte de sa victime.

Moduler sa voix pour duper sa victime

"L'intérêt des drongos à imiter une telle variété d'espèces n'est pas clair", précise Tom Fowers. Le biologiste émet l'hypothèse que les animaux font plus facilement confiance à ceux de leur même espèce. Mais le drongo ne s'arrête pas là, en effet, lorsque la ruse est trop fréquemment utilisée il est possible d'apprendre à la contourner. (...)


Lire la suite sur maxisciences.com

 

 

Commenter cet article