Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://img0.mxstatic.com/pomme-de-terre/le-genome-de-la-pomme-de-terre-enfin-decode_30924_w460.jpg

 

Il n’a pas été simple de décoder le génome de la pomme de terre. Ce tubercule extrêmement commun possède en effet 39.000 gènes et quatre exemplaires de chacun de ses chromosomes, sans compter les nombreuses variations de chacun d’entre eux.


La pomme de terre Solanum tuberosum a vu son patrimoine génétique enfin décodé. Résultat, 39.000 gènes (contre 20.000 chez l’humain) codants pour les protéines et réunis sur quatre exemplaires de chaque chromosome. Il aura fallu le travail conjoint de 26 instituts de recherches à travers le monde, regroupés au sein du Potato Genome Sequencing Consortium, pour arriver à bout de la patate. Les travaux ont été rendus publics sur l’édition électronique anticipée du 10 juillet de la revue Nature.

 

Pour réussir cet exploit, les chercheurs se sont concentrés sur une variété d’Amérique du Sud qui possède un génome diploïde (c'est-à-dire ne possédant que deux copies de chromosomes) plutôt que tétraploïde (quatre copies). Ils ont reproduit la moitié du génome d’une pomme de terre de façon à obtenir deux copies identiques, des jumeaux homozygote en somme. En parallèle, les scientifiques ont séquencé une grande partie d’une autre variété diploïde avec un génome hétérozygote. Grâce aux toutes nouvelles techniques de séquençage, ils ont pu traiter les différentes données récoltées pour déterminer le génome entier de cette pomme de terre.

 

Comme le rapporte Sciences et Avenir, l’objectif de ces travaux est de trouver un moyen de protéger la pomme de terre des nuisibles et des maladies qui ravagent les récoltes. Quatrième aliment le plus consommé au monde après le riz, le blé et le maïs, le tubercule joue un rôle majeur dans la sécurité alimentaire mondiale. D'où l'importance d'une telle découverte. Et pour cela, le séquençage du génome s'avère être un excellent point de départ. Parmi les 20.000 gènes, les chercheurs en ont identifié 800 qui détiennent un rôle dans la résistance de maladies, donnant des pistes pour la protection des récoltes.

Commenter cet article