Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://md1.libe.com/photo/550077-a-paraglider-flies-in-front-of-the-mont-blanc-mountain-in-geneva.jpg?height=550&modified_at=1379249873&ratio_x=03&ratio_y=02&width=825

 

Tous les deux ans, les géomètres-experts refont des mesures au sommet. L'altitude varie régulièrement, au gré du vent et des chutes de neige.

Les manuels de géographie ne seront pas bouleversés : le Mont-Blanc mesure toujours 4810 mètres de haut. 4810 mètres et 6 centimètres exactement, c’est la mesure réalisée au sommet, vendredi matin, par des géomètres-experts, entourés de guides de haute montagne et de spécialistes des matériels GPS.

Même si cette mesure est encore officieuse et ne sera validée par l’Institut géographique national (IGN) que dans une vingtaine de jours, l’altitude officielle ne devrait pas être très éloignée.

Samedi alors que le groupe d’une vingtaine de personnes venait de redescendre dans la vallée, Adrien Lepoutre, géomètre-expert à Grenoble, expliquait que malgré un vent très fort, tout s’était bien passé. «Le ciel était dégagé et ensoleillé, nous avons pu trouver un versant abrité. La liaison téléphonique était bonne, ce qui nous a permis grâce au Teria — le GPS en temps réel — de faire une mesure quasi immédiate.» Les autres mesures ont été effectuées grâce à un GPS qui, durant deux heures trente, a comparé les signaux émis vers un satellite depuis le sommet avec d’autres signaux émis depuis des antennes placées dans les vallées. «Ce sont ces données que nous allons analyser grâce à un gros logiciel scientifique, explique Alain Harmel, chef du service géodésie de l’IGN,. Les mesures GPS sont précises mais réalisées à une telle altitude, avec un tel dénivelé, elles doivent être affinées.»

«Une aventure sportive et humaine»

Initiées en 2001 par les géomètres-experts de Haute-Savoie et Leica Geosystems, les campagnes de mesures du Mont-Blanc avaient au début pour objectif de tester en conditions extrêmes le matériel GPS. C’était aussi l’occasion de promouvoir «le savoir-faire des géomètres experts tout en vivant une belle aventure sportive et humaine», rappelle Philipe Borrel, géomètre-expert d’Annecy.

Mais cette première campagne avait relevé une altitude de 4810 mètres soit trois mètres de plus que l’altitude communément enseignée : 4807 mètres au dessus du niveau de la mer. «Une mesure qui datait de 1863, et avait été effectuée par l’armée française après l’annexion de la Savoie», précise Philippe Borrel. La mesure avait été validée en 1905 par le scientifique Joseph Vallot qui avait utilisé la triangulation optique pour son calcul.

Les géomètres-experts ont donc décidé de renouveler les mesures tous les deux ans. Les six altitudes relevées depuis 2011 au sommet montrent que celle-ci varie régulièrement, au gré du vent et des chutes de neige. «Sur les cartes, l’altitude du mont Blanc devrait être notée en bleu, souligne Alain Harmel, car il ne s’agit pas de l’altitude du sommet rocheux mais de la glace, donc de l’eau, accumulée au-dessus.» Le toit des Alpes est passé de 4 808 mètres en 2003 à près de 4 811 mètres en 2007.

Précipitations et vents

Ces faibles variations d’une année sur l’autre ne sont pas liées à l’évolution du climat, précisent glaciologues et climatologues, car les températures à cette altitude sont toujours négatives, même en été. La glace n’y fond quasiment jamais. Seuls des étés très chauds comme 2003 et 2009 pourraient avoir eu un impact sur la fonte de la neige.

L’épaisseur de la calotte constituée de neige accumulée dépend des précipitations et du vent qui souffle fort à cette haute altitude et peut éroder le manteau neigeux. «La calotte sommitale se comporte comme une énorme congère, précise Météo France. La couche de neige éternelle peut aller de 15 à 20 mètres selon les déformations dues au vent. D’ailleurs, le sommet neigeux (4810 m) n’est pas à l’aplomb du sommet rocheux (4792 m) mais décalé d’une quarantaine de mètres à l’est, en raison des vents d’ouest dominants.»

Depuis six ans, toutes les mesures relevées sont au dessus de 4 810 mètres, cote qui est devenue l’altitude officielle du sommet le plus haut de l’Europe Occidentale et est désormais entrée dans les manuels de géo.

Commenter cet article