Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://sante.lefigaro.fr/sites/default/files/styles/450_x_/public/media/field_media_image/e6187170-ad74-11e2-bfca-f57beaad597b-493x328.jpg?itok=b3nPbz9q

 

L'Agence nationale de sécurité sanitaire demande un encadrement de cette pratique à visée esthétique qui consiste à immerger ses pieds dans un bocal rempli de poissons.

Se laisser grignoter les peaux mortes des pieds par des petits poissons n'est pas dénué de risque, selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) qui recommande, dans un avis dévoilé ce jeudi, «un encadrement strict de cette pratique».

Apparue en France en 2010, la «fish pedicure» n'est aujourd'hui soumise à aucune règle sanitaire spécifique. De plus en plus de curieux se laissent tenter par cette expérience de massage exfoliant et indolore. Selon l'Anses, plusieurs centaines d'instituts de beauté seraient équipés de ces grands bacs contenant une centaine de Garra rufa - des poissons sans dents, mais très gourmands en squames, mesurant environ 3 centimètres.

Poissons d'élevage

«Même si aucun cas documenté n'a pour l'instant été rapporté, on ne peut écarter le risque de transmission de germes ou de bactéries (dont certaines sont résistantes aux antibiotiques, comme le staphylocoque doré)», souligne Gérard Lasfargues, directeur adjoint de l'Anses, précisant que certains usagers sont plus vulnérables: les diabétiques, les immunodéprimés et les personnes porteuses de lésions cutanées.

Dans une eau qui ne peut par définition être désinfectée, l'agent pathogène peut être introduit par les clients comme par les poissons d'élevage, souvent importés d'Asie du sud-est ou d'Europe centrale. Saisie par le ministère de la Santé, l'Anses préconise un contrôle obligatoire de la qualité de l'eau, la formation des professionnels et la surveillance sanitaire des poissons - qui relèvent en principe de la réglementation sur la faune sauvage captive.

Elle recommande aussi une information «objective» du public sur les dangers de la «fish pedicure», déjà interdite dans plusieurs États américains et canadiens.

 

Commenter cet article