Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2012-04/2012-04-12/article_huitres-pour-le-web.jpg

 

Le dialogue est difficile entre scientifiques et élus, mais souvent indispensable dans le domaine de l’environnement…

Faire dialoguer scientifiques et politiques n’est pas simple. Pourtant, dans le domaine de l’environnement, l’échange est bien souvent utile voire indispensable. Ce mercredi après-midi, au Carrefour des gestions locales de l’eau à Rennes, on a évoqué quelques réussites qui ont permis par exemple de réinstaller des bassins ostréicoles ou de comprendre comment réduire les marées vertes en Bretagne.


Les huîtres sont de retour

L’Odet, petit bassin versant du Finistère, a été le théâtre d’une expérimentation fructueuse. Il y a trois ans, lorsque des conchyliculteurs lancent l’idée de recréer les bancs d’huîtres plates disparus depuis bien longtemps, les informations sur la qualité de l’eau de l’Odet manquent. Si les huîtres se nourrissent de plancton, le plancton lui-même mange les sels nutritifs de l’eau (nitrates, phosphates et silicates). Or, on ignorait à l’époque si le bassin de l’Odet était en assez bon état pour fournir ces éléments.

 

L’Agrocampus Ouest, l’Institut supérieur des sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage en Bretagne, se saisit alors du problème et enfile ses bottes pour aller faire des prélèvements dans l’Odet. «J’y allais toutes les semaines et je discutais de phytoplancton avec les pêcheurs, se souvient Hélène Laguerre, chargée d’études à l’Agrocampus de Beg Meil (Finistère). Cela permet de démystifier la recherche.» Après trois ans d’études et de tests, le projet Ecoestua a permis aux conchyliculteurs de reprendre leur activité, «emblématique de la qualité de l’eau», estime Anne-Sophie Blanchard, animatrice du schéma d'aménagement et de gestion des eaux (Sage) de l’Odet.

 

Des fermes pilotes contre les algues vertes

Autre bassin, autre problématique: en Lieue de Grève, dans les Côtes d’Armor, ce sont les marées vertes qui reviennent hanter les étés bretons. Pour lutter contre les algues nocives, générées par les rejets excessifs de nitrates des élevages bovins et porcins, la solution est connue mais la méthode fait débat. «On ne savait pas comment évoluer vers un système plus respectueux de l’environnement sans mettre en danger l’équilibre économique des exploitations agricoles», témoigne Laurent Ruiz, ingénieur de recherche à l’Inra.

 

En 2009 est lancé le projet Acassya, comme «ACcompagner l'évolution Agro-écologique deS SYstèmes d’élevAge dans les bassins versants côtiers», qui permet alors de modéliser les transferts d’azote vers les sols et de bâtir des scénarios de transition construits avec les agriculteurs. Des fermes pilotes ont été lancées en 2012 et les échanges entre expériences sur le terrain et modélisation en laboratoire pourraient permettre de trouver une solution viable aux marées vertes.

 

 

Audrey Chauvet

Plus d'informations sur ce sujet en vidéo

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jeux gratuits 25/01/2013 21:15


C'est malheureusement le cas dans beaucoup de secteurs