Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://img0.mxstatic.com/dinosaure/vue-d-artiste-d-un-sauropode-un-dinosaure-a-long-cou_57900_w460.jpg

 

Des chercheurs de l’Université de Bristol viennent de découvrir comment les grands dinosaures supportaient la charge de leur cou gigantesque. Selon leurs observations, le secret de leur résistance résiderait dans des os creux au niveau de cette région du corps


Parmi les plus grandes bizarreries allant à l’encontre des lois de l’évolution, se trouve le cou des sauropodes. L’encolure de ces dinosaures mesure près de quinze mètres, soit six fois plus longs que celle d’une girafe… Autant dire qu’il s’agit là d’un record ! Les spécimens ont même été parmi les plus grands à avoir foulé la terre. Interrogé par LiveScience Michael Taylor, paléontologue des vertébrés à l’Université de Bristol en Angleterre souligne avec humour : "Ils étaient vraiment stupidement, absurdement surdimensionnés".

 

Et d’ajouter : "Nous sommes habitués à penser que les éléphants sont grands, mais les sauropodes atteignent 10 fois la taille des éléphants. Ils étaient de véritables baleines à pattes". Comment ces géants de la nature ont-ils réussi à survivre et surtout comment sont-ils parvenus à supporter leur cou démesuré ? L’équipe de Michael Taylor s’est penché sur la question et a découvert le secret de leur résistance, à savoir des os creux au niveau de cette région du corps. Pour en arriver à une telle conclusion, les scientifiques ont étudié l’anatomie de tout un florilège d’animaux actuels mais surtout fossiles.

 

Parmi ces derniers, l’attention des chercheurs s’est portée particulièrement sur le Paraceratherium, un mammifère présentant un cou de 2,5 mètres, l’Arambourgiania, un reptile volant dont le cou dépassait les 3 mètres et les plésiosaures, reptiles marins dont le cou pouvait atteindre plus de 7 mètres.

 

Des os creux et de l'air dans l'encolure

Leurs résultats, parus récemment dans le journal PeerJ, indiquent que le cou des sauropodes présente un certain nombre de caractéristiques physiques qui lui confèrent la légèreté et le maintien nécessaire pour pouvoir être porté sans faire d’efforts. Outre les os creux, l’encolure est composée de 60% d’air. Par ailleurs, les muscles, tendons et ligaments sont positionnés autour des vertèbres afin de maximiser la puissance de levier et augmenter l’efficacité des mouvements. Enfin, leur tête est particulièrement petite, et l’articulation de la mâchoire est située à l’arrière du crâne conférant l’absence de joues et par conséquent de mastication.

 

Selon les chercheurs, l’évolution du cou des sauropodes peut s’expliquer par l’obtention de trois avantages sélectifs théoriques. Premièrement, une telle difformité leur aurait peut être permis d’attraper les feuilles hautes des arbres. Deuxièmement, il pouvait s’agir d’un bénéfice pour brouter de grandes étendues d’herbes en balayant le terrain comme le font les oies. Enfin, dernier avantage et non des moindres, la longueur du cou influençait peut-être les femelles dans leur choix d’un mâle au moment de s’accoupler.

 

(Crédit photo : Francisco Gascó/Mike Taylor/Matt Wedel)

Commenter cet article