Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://sante.lefigaro.fr/sites/default/files/styles/450_x_/public/media/field_media_image/0eb16184-542c-11e2-87f2-e0b6b8877fba-493x328.jpg

 

Une fois sortis de la protection du champ magnétique terrestre les astronautes peuvent être exposés à des niveaux de radiations qui accélèrent le développement d'Alzheimer.

Les longs périples dans l'espace comme un voyage vers Mars exposeraient les astronautes à des radiations qui accélèrent le développement d'Alzheimer, montrent des expériences menées en laboratoire sur des souris.

 

«Le risque pour la santé d'une exposition aux radiations dans l'espace tels que des cancers sont connus depuis longtemps», relève le Dr Kerry O'Banion, professeur de neurobiologie au Centre médical de l'Université de Rochester à New York, principal auteur de ces travaux parus dans la revue scientifique PLOS ONE.

 

«Mais cette dernière étude montre pour la première fois qu'être exposé à des niveaux de radiations équivalents à une mission vers Mars produirait des effets cognitifs néfastes et accélèreraient des changements dans le cerveau liés à la maladie d'Alzheimer», ajoute ce chercheur.

Souris et accélérateur de particules

Sur Terre ou sur la station spatiale internationale ISS en orbite terrestre basse, le champ magnétique de la planète protège contre un bombardement constant de particules radioactives venant de l'espace. Mais pour des séjours prolongés dans l'espace profond il existe actuellement peu de moyens de se protéger, un danger qui préoccupe les agences spatiales, même si aucune mission habitée lointaine n'est pour le moment programmée.

Le voyage aller-retour vers la planète rouge pourrait prendre jusqu'à trois ans.

 

Les chercheurs ont surtout étudié l'impact d'une forme de radiation de particules de grande masse et de haute énergie propulsées à très grande vitesse dans l'espace par des explosions d'étoiles lointaines. Les auteurs de l'étude ont reproduit dans un accélérateur de particules du laboratoire national de Brookhaven à New York ces radiations cosmiques et soumis des souris à des niveaux comparables à ceux qui affecteraient des astronautes durant une mission sur Mars.

Les souris exposées aux radiations ont le plus souvent échoué aux tests de mémoire, laissant penser qu'elles souffraient de dégénérescence neurologique qui affecte normalement des animaux plus vieux. Le cerveau de ces rongeurs montrait également des signes d'altération vasculaire et une accumulation plus importante que la normale de bêta amyloïde, une protéine qui en s'accumulant, forme des plaques étouffant les neurones, une des principales caractéristiques de la maladie d'Alzheimer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jeux gratuits 06/02/2013 18:04


Je ne sais pas pourquoi, j'aurai plutôt pensé que les effets étaient positifs