Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Mercredi, les autorités chinoises ont annoncé que le "Lapin de jade" également connu sous le nom de Yutu n'avait pas survécu à la nuit lunaire... Une information contredite quelques heures plus tard. Le rover actuellement sur la Lune a fini par reprendre conscience.

 

 

Le suspense est à son comble sur la Lune. Le rover Yutu arrivé sur notre satellite en décembre dernier va t-il pouvoir poursuivre sa mission ? Pour l'heure, on l'ignore. Six semaines après son arrivée, l'engin également connu sous le nom de "Lapin de jade" a connu une "anomalie de contrôle mécanique". L'un de ses panneaux solaires ne s'est pas correctement replié comme il aurait dû. Une anomalie aux conséquences importantes.

 

En effet, tous les 14 jours terrestres, la nuit tombe sur la Lune. Or, les températures sont tellement glaciales durant cette période que le rover doit se mettre en veille et remballer tous ses équipements pour qu'ils ne soient pas endommagés par le froid. Le fait qu'un des panneaux solaires ne soit pas rentré correctement pouvait donc mettre en danger tous les instruments et mettre un terme à la mission. 

 

"Le problème a débuté avant la tombée de la nuit lunaire, quand un panneau solaire n'a pu se refermer. Cela a permis à la chaleur du rover de s'échapper durant la nuit lunaire glaciale", a expliqué à l'AFP Morris Jones, expert australien des questions spatiales. "Le Lapin de jade avait de façon anormale sombré dans le sommeil. Nous redoutions qu'il ne se remette pas des températures extrêmement basses de la nuit lunaire", a précisé de son côté Pei Zhaoyu, porte-parole du programme spatial.

 

Un réveil inattendu

Les scientifiques chinois devaient donc attendre la fin de la nuit lunaire (d'une durée de 14 jours) pour savoir ce qu'il en était. Et mercredi, les choses avaient plutôt mal commencé. Yutu n'a tout d'abord donné aucun signe de vie, le rover semblait endormi à (...)
Lire la suite sur maxisciences.com


 

 

Commenter cet article