Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.topsante.com/var/topsante/storage/images/medecine/maladies-infectieuses/meningite/prevenir/meningite-pourquoi-les-ados-sont-plus-touches-34051/220993-3-fre-FR/Meningite-pourquoi-les-ados-sont-ils-plus-touches_exact441x300.jpg

 

A Agen, une jeune fille de 17 ans vient de décéder des suites d’une méningite à méningocoque de type B. Cette maladie contre laquelle il n’existe pas encore de vaccin, touche le plus souvent les nourrissons et les ados.

 

La méningite est une infection des enveloppes entourant le cerveau, les méninges, causée par plusieurs types de virus, de bactéries, et de champignons. Les méningites à méningocoques sont les causes majeures de méningites aigues et ont un taux de mortalité élevé : « Les méningocoques sont les seules espèces bactériennes capables de provoquer des épidémies de méningites. C’est en raison de ce risque d’évolution rapide et de leur gravité qu’il faut mettre en place un traitement antibiotique le plus rapidement possible » explique-t-on  à l’Institut Pasteur, où une unité, dirigée par Taha Muhamed-Kheir, consacre ses recherches à l’étude de ces bactéries.

 

La méningite à méningocoque survient généralement chez les nourrissons  ou chez les ados, comme cela a été le cas à Agen, où une jeune étudiante de 17 ans vient de décéder des suites d'une méningite à méningocoque de type B

« Ce pic d’incidence chez les ados est probablement dû à leur comportement social», explique le Dr Muhamed-Kheir. « Les méningocoques se transmettent par contact étroit (à moins d’un mètre) et prolongé  via la toux ou les éternuements. Cette transmission est donc particulièrement active chez les ados, qui passent beaucoup de temps en groupe, que ce soit au lycée ou en boite de nuit. En outre, il y a une incidence annuelle des infections à méningocoque, avec une recrudescence saisonnière en hiver et au printemps. »

 

Lorsqu’un cas de méningite bactérienne survient dans un lycée, les  autorités sanitaires mettent immédiatement en place un plan de prévention. Les personnes  ayant été en contact répété et rapproché avec l’adolescent touché par la maladie sont examinés et un traitement antibiotique de deux jours est prescrit. Ce traitement peut être complété par une vaccination, en cas de méningite à méningocoque de type A ou C.

Commenter cet article