Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://www.atlantico.fr/sites/default/files/imagecache/Une/rtr3dtff.jpg

 

 

Le ministère des Situations d’urgence avait annoncé dimanche cesser les recherches alors que des plongeurs avaient sondé la veille toute la journée, en vain, les fonds d’un lac de la région.

 

La théorie du complot commençait à prendre de l'ampleur en Russie et les questions se multipliaient. Comment pouvait-il y avoir eu cette pluie de météorites vendredi ? Personne ne pouvait répondre à cette interrogation d'autant qu'aucun fragment n'avait pu être jusqu'ici récupéré. Mais des scientifiques ont affirmé lundi avoir retrouvé ces fragments. Le ministère des Situations d’urgence avait annoncé dimanche cesser les recherches alors que des plongeurs avaient sondé la veille toute la journée, en vain, les fonds d’un lac de la région, le lac Tcherbakoul, lieu de chute présumée d’un des fragments de la météorite.

 

 


 

 

 

Ces scientifiques de l’Université de l’Oural ont affirmé avoir retrouvé une cinquantaine de fragments près du lac. "Les membres de l’expédition pour retrouver le météorite ont envoyé à Ekaterinbourg des débris qu’ils avaient retrouvés", indique l’Université dans un communiqué. "Selon le chef de l’expédition, le membre de l’Académie des sciences Viktor Grokhovski, cette météorite relève de la classe des chondrites", terme désignant un type de météorite rocheuse, poursuit l’Université, précisant que les fragments retrouvés étaient composés de 10% de fer.

La météorite devrait être baptisé "météorite de Tcherbakoul", selon le communiqué. "Puisqu’on a retrouvé des débris (...), cela signifie que le principal fragment est dans le lac", a estimé Grokhovski, cité par Interfax. Vendredi, près d’un millier de personnes ont été blessées, la plupart légèrement. Deux personnes ont été blessées plus gravement et sont toujours hospitalisées.

Commenter cet article