Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2012-01/2012-01-09/article_myrte.jpg

 

La plateforme de production d'énergie renouvelable installée près d'Ajaccio a vocation à prendre de l'ampleur...

Pas de baisse d’énergie pour le dernier jour du Festival du vent. Ce mercredi matin, les festivaliers ont pu recharger les batteries avec Myrte. Pas la liqueur, la plateforme d’énergies renouvelables développée par l’université de Corse près d’Ajaccio. Marc Muselli, vice-président du Conseil scientifique de l’Université de Corse et responsable scientifique du projet Myrte, est venu à Calvi présenter la «mission hydrogène renouvelable pour l’intégration au réseau électrique».

 

Inaugurée en janvier 2012, la plateforme a été créée par un consortium entre l’université de Corse, le CNRS, le CEA et l’entreprise Helion. Les 3.000m² de panneaux photovoltaïques appartiennent à une unité de l’université de Corse. «Ce programme de recherche existe depuis une trentaine d’années, explique Marc Muselli. Nous travaillons dans le domaine de la modélisation de systèmes de production et de stockage de l’énergie».

Myrte est le projet phare des chercheurs: «Nous voulions créer un système qui produirait de l’énergie renouvelable en le couplant avec un système de stockage hydrogène composé d’un électrolyseur et d’une pile à combustible.» Une usine à gaz pour apporter de l’électricité au réseau lors des pics de consommation: «Pendant les deux pics journaliers, de 10 à 11h du matin et de 19 à 20h, EDF utilise des turbines à combustion, poursuit le chercheur. Myrte permet d’apporter de l’énergie propre à ces moments-là.»

Vers un système individualisé et modulable

Le système consiste à injecter l’énergie produite par les panneaux solaires dans un électrolyseur, alimenté en eau, qui sépare l’hydrogène de l’oxygène des molécules. L’hydrogène est ensuite stocké avant d’être envoyé vers une pile à combustible, d’une puissance de 100Kw. Bien sûr, le rendement est faible, les transformations successives ne permettant d’arriver qu’à environ 40% d’énergie utile. Mais durant le processus, de la chaleur est dégagée et un système de cogénération permettrait d’arriver à un rendement de 80%. «L’avantage majeur de l’hydrogène est que c’est un système facilement modulaire, on peut ajouter des piles et augmenter l’autonomie du système», précise Marc Muselli. 

Actuellement, la plateforme pourrait permettre d’alimenter en électricité environ 400 foyers, pour un coût de production de 2,10 euros le kW. «L’université vend une partie de l’électricité au réseau mais l’objectif n’est pas de gagner de l’argent», nuance l’universitaire. Myrte n’est pour l’instant qu’une démonstration grandeur nature de la technologie hydrogène: «Après 2015, nous souhaitons en faire une plateforme absolument modulaire, projette Marc Muselli. Nous allons développer d’autres technologies de smart grids, des réseaux électriques et/ou thermiques complètement individualisés, et diversifier les méthodes de stockage.» Il y a encore du travail pour les chercheurs qui auront bien besoin de l’énergie produite sur le site.

 

Audrey Chauvet, à Calvi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article