Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

Chaque été, les amateurs d'étoiles filantes du monde entier lèvent leurs yeux vers le ciel pour observer la très fameuse pluie de météores des Perséides. Cette année, elle est visible depuis le 17 juillet et ce, jusqu'au 24 août. Mais les meilleures nuits pour l'observer se situeront les 11, 12 et 13 août.

 

 

De toutes les pluies d'étoiles filantes, celle-ci est sans doute la plus connue et la plus observée. En plein milieu de l'été, alors que la chaleur promet des nuits agréables, les Perséides s'apprêtent à illuminer le ciel. Peu importe où vous vous trouvez dans le monde, les Perséides atteindront leur pic les 11, 12 et 13 août, au petit matin.

 

Super Lune et météores

Lorsque la nuit est noire et sans lune, il est possible d'apercevoir 50 météores des Perséides ou plus par heure pour les localisations les plus au nord. Malheureusement, cette année, le 10 août coïncide avec une pleine lune. Et pas n'importe laquelle car il s'agira de la Super Lune la plus proche de la Terre en 2014 ! Ainsi, lors du pic des Perséides, une énorme et brillante Lune fera de l'ombre à la plupart des météores, excepté les plus brillants.

 

Mais pas de panique, cela signifie simplement qu'il faudra être patient et observer les Perséides avant la super Lune, vers la fin du mois de juillet et le début du mois d'août, précise EarthSky. Si vous pouvez tenter votre chance juste après le coucher du soleil, les meilleures heures pour observer la pluie d'étoiles filantes sont entre minuit et l'aube. Aucun équipement spécial, autre que vos yeux, n'est nécessaire pour observer les Perséides.

 

Vous n'avez même pas besoin de connaître les constellations. Mais vous aurez très certainement besoin d'un ciel sombre, dégagé et loin des éclairages artificiels pour profiter au maximum du spectacle. Être plutôt oiseau de nuit peu aider, car il faut beaucoup de patience. Accordez vous au moins 20 minutes d'observation afin que vos yeux (...)


Lire la suite sur maxisciences.com


 

Commenter cet article