Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Scientifique

http://img1.mxstatic.com/satellite/le-satellite-neossat-va-surveiller-les-asteroides-dans-le-systeme-solaire-interieur_57915_w460.jpg

 

 

Lundi 25 février, une fusée indienne a mis en orbite plusieurs satellites parmi lesquels NEOSSat. Ce satellite de surveillance est conçu pour détecter les astéroïdes potentiellement dangereux qui croisent la trajectoire orbitale de la Terre et pour suivre des objets se trouvant dans l'espace lointain.


Voilà un engin qui tombe à pic. Moins de deux semaines après la désintégration d'une météorite dans le ciel de l'Oural, un "chasseur d'astéroïdes" vient tout juste de rejoindre les cieux. Lundi 25 février, une fusée indienne PSLV (Polar Satellite Launch Vehicle) a décollé depuis le centre spatial Satish Dhawan, sur l'île de Sriharikota, en emportant avec lui pas moins de sept satellites. Sur la liste figurait notamment le satellite SARAL destiné à étudier les océans mais aussi NEOSSat, de son vrai nom "satellite de surveillance des objets circumterrestres".

 

Fabriqué par le Canada, NEOSSat est le premier satellite consacré à la détection et à la poursuite des astéroïdes et des satellites. L’engin fait le tour de la Terre en 100 minutes à 800 km d’altitude et scrute l'espace à proximité du Soleil à la recherche d’astéroïdes susceptibles de s'approcher un jour de notre planète. Il balaie aussi l'espace à la recherche de satellites et de débris spatiaux, le Canada s'étant engagé à assurer la sécurité de l'espace orbital pour tous les utilisateurs.

Pour mener à bien ces missions, ce microsatellite pas plus grand qu’une valise embarque un télescope mais à la particularité d’évoluer sur une orbite unique qui lui permet de fonctionner 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 sans dépendre des cycles jour/nuit. NEOSSat va donc livrer des centaines d’images chaque jour qui seront téléchargées et analysées par le Centre des opérations scientifiques NEOSSat de l'Université de Calgary.

 

Limiter les risques de collision

Grâce à elles, le Canada sera l'un des pays les mieux placés pour cataloguer la population d'astéroïdes circumterrestres et ainsi déterminer les cibles des futures missions d'exploration spatiale. Outre cette surveillance, NEOSSat réalise également le suivi de la position des satellites et des "déchets de l'espace" pour limiter le plus possible les risques de collision.

 

Et pour cela, le microsatellite possède un immense avantage sur les télescopes placés au sol : il peut suivre les satellites et les débris spatiaux dans un grand nombre d'endroits, sans être limité par son emplacement géographique, le cycle diurne-nocturne ou les conditions météorologiques.

 

"Nous pensons que, s'il est réussi, ce projet délivrera une grande science. Cela aidera à découvrir et surveiller les astéroïdes et les comètes dans le système solaire intérieur. Etre capable de prédire, bien avant dans le temps, une "rencontre" proche potentielle est une partie cruciale de la surveillance spatiale, et nous espérons contribuer à cet objectif très important", a expliqué dans une interview Guennadi Kroupnik, de l'agence spatiale canadienne (CSA).

(crédits photo : University of Calgary)

Commenter cet article